Les trois dernières semaines de comics !

Bonjour à tous !

Difficile de tenir un rythme d’écriture de review aussi condensé que le rythme de lecture auquel j’opère. Retard oblige, je vais faire un résumé de mes numéros préférés de ces dernières semaines (depuis Superboy, ça en fait 3 si je ne dis pas de bêtises).

Résumé oblige, je vais un peu spoiler sur les numéros précédents… J’évite toutefois de révéler toute les clés des intrigues.

Image
Batman en pleine cabriole… Ca lui coute pas chère les bécanes tiens…

Batman #2:
On reprend là où l’on s’était arrêté la dernière fois. Dick Grayson, aka Nightwing, aurait tué un type… Il y a son ADN sous ses ongles. Fort heureusement, tout les membres de la Bat Family ne sont pas enregistrés dans les registres de la police, donc elle ne peut remonter jusqu’à lui. Bruce de son côté, va tout faire pour dénicher le coupable et va tomber sur une vieille connaissance.
Snyder nous livre ici un bon numéro bien que légèrement moins dans le fan service que le précédent. L’histoire se dévoile et tient la route, bien qu’on soit légèrement déçu par les conséquences du cliffhanger du premier épisode (la révélation sur Dick) qui s’avère n’être que secondaire. Mais on peut faire confiance à l’auteur pour nous emmener loin dans cette histoire !
Les traits de Capullo sont plutôt beau, maintenant, on peut se poser la question légitime qui est : « est-ce que son style se prête à celui de Snyder ? ». Capullo est plus dans des traits typé un peu « manga », et cela semble ne pas forcément coller avec l’univers plutôt glauque et sombre que veut dépeindre Snyder (surtout quand il évoque Gotham). Mais les planches restent tout de même fabuleuse.

Nightwing #2:
On prend les mêmes… On suit Dick qui se retrouve mêler avec la troupe de son ancien cirque (celui dans lequel il a été élevé par ses parents quand il était gamin) et ce dernier n’a visiblement pas révélé tout ces secrets. Une sombre histoire implique l’ancien directeur et le vilain en a après Dick lui-même, plus étrange encore, il connait sa double identité. Le mystère est encore totale, mais les scénaristes n’ont pas réfuté l’idée que ce titre était lié au Batman de Snyder. L’intrigue est en tout cas très bonne et les dessins colle bien au style cette fois-ci. J’aime ce personnage et ce qu’il est devenu ces dernières années, un peu déçu cependant qu’il n’ait pas gardé le masque de Batman.

All Star Western #2 :
J’ai chroniqué le numéro #1 il y a quelques temps, et j’avais adoré. Le second numéro reste dans la même veine même si il m’a un peu déçu. Je ne sais pas, il lui manque le punch qu’on pouvait trouver dans le premier. L’intrigue se déroule sous nos yeux mais c’est trop rapide ou pas assez détaillé, je ne sais pas. Jonah Hex n’est pas assez furibond je pense ! Mais cela n’empêche pas que la suite risque valoir son pesant d’or et Gotham City se révèle aussi pourrie que sa version contemporaine. C’est un plaisir… Pour l’intrigue, Jonah et le docteur Arkham sont sur la trace du Jack L’éventreur locale (qui s’avère être un peu plus que ça), et y’a des dents qui vont tomber.

Aquaman #2 :
Aquaman, quel héros méconnu ! Geoff Johns, avec le numéro 1 puis le le numéro 2 nous prouve une chose : on ne connait pas ce personnage, et on le critique un peu trop vite. Point fort de ce numéro : Aquaman, sa puissance ainsi que celui de sa femme Méra, sont mis en avant. On sait de quoi ils sont vraiment capable et c’est toujours impressionnant. Aquaman est un super-humain, au même titre que Superman (sans le vol et la cape… et les yeux qui brûlent) et il peut « contrôler » les animaux marins. Méra à simplement le don de manipuler l’eau à sa convenance, ce qui est fort pratique… vous en conviendrez. Foutre un raz de marée sur la tronche d’un type qui vous ennui, c’est pratique.
Les points faibles, c’est que encore une fois, et c’est récurrent avec Johns ces temps-ci (auteur phare des séries et mini-séries Green Lantern, Blackest Night, Flashpoint), l’intrigue manque de fond. Le tout est très décompléxé et se contente de suivre les personnages.
Maintenant, je trouve la caractérisation tellement bonne que je reste satisfait, ça dépend des priorités de chacun. Moi c’est et ça sera toujours les personnages qui font foi, on a toujours le temps de développer une histoire, moins les personnages…

Image
Animal Man embrasse « le Red », et ses pouvoirs explosent…

Animal Man #3 :
On entame le troisième mois, et oui, déjà. Et ainsi, je reviens sur un de mes chouchous du relaunch, à savoir Animal Man. Ce troisième épisode est totalement dans la lignée des deux précédents. Jeff Lemire nous offre ici pour le moment un run parfaitement maîtrisé avec des personnages très charismatique, de Animal Man, en passant par sa gamine, puis les vilains (beaucoup plus détaillé dans ce numéro d’ailleurs), les Hunters. L’ambiance est toujours glauque et mystique et on comprend que Animal Man doit affronter des choses qu’il ne comprend pas, alors que sa fille a tout compris elle. On tombe sur le cliché de la petite fille flippante qui sait tout, mais c’est tellement bien décrit et elle reste tellement elle même une petite fille, que ça passe très bien. Quand aux dessins de Foreman, ils sont toujours dans le même ton, et sont parfois vraiment gore (ou plutôt oppressant). Ce n’est pas des gerbes de sang ou quoique ce soit de ce genre… La couverture du titre vous aidera à comprendre. Ca sert vraiment l’histoire et ce n’est pas gratuit, bref, une grande série qui j’espère va durer longtemps !

Swamp Thing #3 :
Je ne sais plus si c’est à vous que je le disais, mais cette série, de Snyder (comme pour Batman oui), est très proche dans l’esprit de Animal Man. Et là aussi, elle explose en profondeur et en intérêt, et son ambiance, plus porté ici sur la flore que sur la faune, n’est pourtant pas moins glauque (ou Dark, comme le veux le nom de la ligne d’édition choisie pour ces deux titres) que celle de sa série comparse. L’intrigue est bonne et revisite les mythes lié à la terre, aux plantes et aux contrôle qu’elles peuvent avoir sur le monde (tandis que chez Animal Man, les méchant Hunters semblerait être la même chose mais d’un point de vue animal et bestiale). Le mythe autour même du personnage de Swamp Thing se dessine très bien et le héros, Alec Holland, risque avoir pas mal de soucis de conscience dans la suite de ces aventures… Sans parler qu’un nouveau personnage rentre en scène, un ex-petite amie d’Alec, quand il incarnait encore Swamp Thing. Mais sa mémoire lui fait défaut, il faut le dire, vu qu’il est mort entre temps… Oui c’est un peu complexe à appréhender pour un novice, mais Snyder arrive très bien à faire avaler la pillule, moi même je ne connais rien de l’ancien Swamp Thing, et j’arrive totalement à suivre.

C’était mon petit tour de table. Il y a plein d’autres choses dont j’aurais voulu vous parlez, mais ça aurait été définitivement trop long, je reviendrais dessus plus tard !
En espérant (toujours un peu) de vous donner envie (toujours un peu) de plonger dans l’univers de l’univers DC.

En bonus, les couvertures manquantes… 😉

Image Image Image Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s