Brouillard persistant

Quand bien même toute lecture est bénéfique et loin de vouloir vous décourager de lire, je ne vais toutefois pas vous faire l’éloge de ma dernière lecture ! L’année brouillard de Michelle Richmond est une véritable déception littéraire… Je ne doute pas que certaines personnes ont apprécié ce livre et avec le recul je me dis que je m’attendais peut être à quelque chose de plus policier, de plus thriller et que ce livre n’est rien de tout cela. Du coup, je me suis profondément ennuyée ce qui va dans le sens de la déception. Néanmoins, même en le prenant comme il est, c’est-à-dire un roman tout simplement, je n’ai pas accroché. Avant que ma critique sombre elle aussi dans un brouillard, j’abrège.

Abby est sur la plage avec son appareil photo Holga. Elle a emmené Emma ramasser des dollars de sable. Un instant, quelques second tout au plus, elle détourne les yeux pour regarder un bébé phoque mourant. Quand elle se retourne pour en parler à Emma, cette dernière n’est plus là. Elle a disparu. Voilà la terrible vérité.

Quand j’ai lu, à peu de choses près, ce résumé sur la quatrième de couverture du livre, j’ai pensé que j’aurai quelque chose de plus pêchu. Mais non. Ici on ne brusque pas, on n’avance pas, on parle de choses et d’autres mais pas de policier en perspective, ni de thriller haletant.

Nous abordons le thème de la mémoire. Abby va maltraiter sa mémoire, tâcher de se souvenir de tout ce qui s’est passé ce jour pour retrouver Emma. Cela nous amène donc à des résurgences de son passé. Je ne peux que féliciter l’auteur pour son travail précis et assidu sur la mémoire. Ses recherches ont du être nombreuses et approfondie pour en parler si bien. Mais au final, elle en parle tellement bien qu’elle devient ennuyeuse. Les digressions sans arrêt sur les différentes expériences sur la mémoire et l’humain, les hommes qui se souviennent de tout, ceux qui ne se souviennent de rien… On s’en lasse, on tourne les pages avec automatisme et on oublie au fur et à mesure qu’on lit. Je pense que si j’avais voulu un traité sur la mémoire j’aurai pu trouver une véritable source d’inspiration dans ce livre. Je m’attendais à des séances d’hypnose qui aurait amené le personnage principal, Abby, qui est la narratrice de cette histoire, à des indices, des recherches… Mais non. Une tentative  d’hypnose échouée, une seconde qui nous laisse frustrer. Dommage.

L’auteur dévoile avec précision les sentiments qui animent les personnes concernées. A commencer par Abby qui se sent horriblement coupable. On compatit d’ailleurs car il est clair qu’elle ne souhaitait pas cette disparition. Mais elle ne peut y échapper car Emma était avec elle, sous sa surveillance. Et les yeux de Jake, le père de Emma, sont là pour lui rappeler quand bien même il tente de lui pardonner.

Les personnages de Jake et Abby sont opposés d’ailleurs au niveau des réactions : Jake alors qu’il est le père biologique d’Emma finira par abandonner alors qu’Abby va persévérer, elle qui n’est qu’une « belle-mère ». Mais la perte d’un enfant est terrible dès lors qu’on s’y est attaché, qu’on en soit le père ou la mère biologique ne change rien. Et en ça le livre est explicite. Je pense qu’Abby est également motivée par son sentiment de culpabilité et elle se berce de l’illusion que si elle ramène Emma tout ira mieux. Bien que la douleur soit identique, la mort accidentelle d’un enfant et la disparition d’un enfant sont deux choses différentes. Car pour les enfants qui disparaissent, on ne sait pas ce qu’ils sont devenus. Et je crois que jamais on ne peut perdre espoir même en cherchant à se donner des illusions comme le fait Jake avec sa cérémonie à la mémoire de sa fille et le cercueil vide. Il est vrai que les images sont symboliques et peuvent aider. Il est vrai que les statistiques sont claires sur les disparitions d’enfant : plus le temps dure moins on a de chance de retrouver l’enfant vivant. Mais il est vrai aussi que le cercueil est vide et qu’elle est peut être en vie. Et ça, Abby y croit dur comme fer quand Jake abandonne et décide de cette cérémonie pour guérir. Là où Jake voit sa guérison, Abby ne voit qu’un simulacre, une hypocrisie tant elle est convaincue d’avoir raison. Dès lors la fissure entre eux deux est telle qu’on sait que c’est fini entre eux. Même si Abby se berce d’illusions.

J’ai compris l’attitude du père face à la disparition de sa fille qui est la femme de sa vie. Mais je n’ai pas vraiment compris sa réaction face à Abby, à la fin quand elle prouve qu’elle avait raison depuis le début. Je comprends qu’il lui en veuille d’avoir quitter Emma des yeux mais comment peut il égoïstement la jeter de sa vie alors qu’Emma est revenue saine et sauve ? Comment peut il priver Abby d’Emma alors que celle ci a passé presque un an à chercher Emma comme sa propre fille dans toutes les ruelles de San Francisco et jusqu’au Costa Rica. Peut on être aussi ingrat en ayant comme excuse la douleur ? Il est prêt à lui pardonner, à reprendre sa vie avec elle alors que sa fille n’est plus là et quand sa fille revient il ne veut plus d’elle. Quel homme est-il pour faire une telle chose ? J’ai du mal à le comprendre. J’admets que le fait pour Abby d’avoir retrouvé Emma ne suffit pas à effacer un an de souffrance pour Jake mais je trouve que c’est un poids énorme dans la balance du pardon.

Dommage qu’un homme qui a retrouvé la foi en perdant sa fille oublie d’appliquer un des principes chrétiens qu’est le pardon à l’égard de celle qui l’a fait souffrir mais en même temps qui lui a redonné une raison de vivre.

Et c’est cette incompréhension après 300 pages d’ennui qui m’a définitivement déçu. Je ne suis définitivement pas en accord avec cet auteur et je ne pense pas tenter une autre lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s