Le Pilote à l’Edelweiss – Sidonie – tome 2

   Il y a quelques mois je vous parlais du tome 1 de ce futur triptyque. J’aurai pu faire un article une fois la série terminée mais je me suis dis qu’un article par tome multiplierait par trois mes chances de vous convaincre de vous lancer dans cette lecture ! Alors je poursuis sur ma lancée et m’apprête à vous parler du tome 2 sortie en fin d’année dernière. Je l’ai lu avant la nouvelle année mais j’en garde un souvenir vivace tant j’aime Hugault et Yann. Et ce nouveau tome m’a ravi !

couv pilote eldelweiss

   Nous retrouvons les jumeaux pilotes d’avion Henri et Alphonse Castillac. Même si seulement un des deux est pilote, en l’occurrence Henri, tous deux sont soldats dans l’armée française durant la première guerre mondiale (je re-situe un peu). Un pilote allemand sème la terreur dans le ciel où les combats font rage. Un pilote aux commandes d’un avion aux couleurs sombres sur lequel se détache parfaitement le dessin d’une Edelweiss. D’où son surnom et le titre de la série. Il abat les pilotes et seul Henri lui échappe. Alors Erik (le fameux pilote à l’Edelweiss) va survoler l’aérodrome où sont stationnés les avions de l’escadron français pour lancer un défi à Henri Castillac. Un défi dans les airs et dans les règles de l’art. Selon un certain code de l’honneur que l’on a parfois du mal à imaginer durant un tel événement qu’est une guerre. Avant le défi, Henri va avoir une permission. Le voilà de retour à Paris mais pas de Folies Bergères, pas de soirées avec les copains soldats. Henri a un rendez-vous secret. Il va retrouver son frère jumeau Alphonse. A qui il va demander un service qui ressemble à de la lâcheté. Mais qui sommes-nous pour juger, nous qui n’avons pas connu la guerre ?

   Nous voilà à  nouveau plongés dans les aventures des frères français au coeur d’un des deux conflit mondial. Auteur et dessinateur nous entraînent dans un jeu de faux-semblant où la vie des frères Castillac est en jeu. J’ai aimé retrouvé ce décor parfaitement maîtrisé par Hugault pour les dessins que j’aime toujours autant. La qualité de ses traits, la précision qui trace les émotions sur les visages de ces soldats en proie à des émotions fortes, m’ont entraîné sur le champ de bataille sans aucune difficulté. Je ne reviendrai pas sur le dessin que j’aime, je ne peux que vous conseiller de les lire ! On retrouve les avions bariolés de dessins et de textes en tout genre. Les hommes, qui pour se donner du courage, peignent sur le carénage ou sur la queue de l’avion un trait par avion ennemi abattu. Toujours la même routine, toujours la même peur qui étreint les viscères de nos aviateurs. Mais Henri ne vas pas réussir à tenir et va être terrifié par ce qu’il risque d’advenir de lui. Ce duel l’effraie et éveille en lui des émotions qui nous rebutent. Mais Yann est aux commandes pour le scénario et veillera sans aucun doute à trouver un démêlé à tout cela. J’aspire à une fin digne de l’histoire et j’ai confiance en ce duo qui nous a déjà ébahi par de pures merveilles.

PlancheA_174122

   A la fin de ce second tome je m’interroge toutefois sur la manière dont le scénariste compte sortir les deux frères de l’impasse dans laquelle ils entrent. Comment faire sans étaler la vérité au grand jour et donc révéler une sorte de trahison ? Comment dire la vérité sans blesser tous ceux qui les entourent ? Je m’interroge mais je sais déjà que tout cela ne se fera pas sans mal… J’attends donc le troisième tome avec autant d’enthousiasme que d’appréhension.

En attendant, bonne lecture !

Publicités

3 réflexions sur “Le Pilote à l’Edelweiss – Sidonie – tome 2

  1. Freytaw 7 janvier 2013 / 11 h 58 min

    D’ici, je trouve la colorisation « bizarre ». Mais c’est p’tet juste la page que tu nous montres.
    Je suis pas très « bd de guerre » si je puis dire. Mais j’avoue que ça à l’air d’être intéressant !

    • Maêlle 7 janvier 2013 / 12 h 06 min

      Justement la mise en couleur me plaît au moins autant que le dessin mais peut-être que le rendu n’est pas terrible sur le net. Le mieux est de la lire 🙂
      Je ne suis pas une fan de BD de guerre à la base non plus mais j’avoue que j’ai tellement accroché aux dessins et aux histoires que finalement je m’y fais d’évoluer durant ces périodes conflictuelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s