Top 10 Tome 2 – La rue nous appartient & Tome 3 – Retour aux sources

   D’un article, deux livres dont les critiques vont être très inégales… Le second tome se situe dans la droite ligne du premier dont j’ai déjà parlé. Par contre le troisième tome recèle à la fois un magnifique récit et à la fois une suite qui m’a profondément déçu. Quelques explications s’imposent.

couv

   Dans le second tome, on est très vite immergé dans le commissariat que l’on commence à bien connaître ainsi que les personnages qui y travaillent. La relation entre Robyn et Jeff évolue de manière agréable. On sent que l’on tombe dans une franche camaraderie qui tend vers une forme d’amitié. Autant que faire se peut avec Jeff. L’enquête principale du premier tome trouve sa continuité dans ce nouveau tome avec une parfaite cohérence et une grande fluidité. Gravite toujours autour d’autres enquêtes policières. En somme les éléments qui ont fait du premier tombe un très bon tome, sont intégralement repris. Il est à souligner que les dessins sont toujours aussi beaux et la mise en couleur parfaite. La fin du tome 2 suggère, premièrement que la suite va nous raconter un peu plus en détail l’histoire de Jetboy, le chef de la police. Je rappelle que tous les personnages de l’histoire ont un caractère particulier : ancien super-héros, vampires… Il est courant que des allusions du passé d’un personnage qui apparaît surgissent au gré des dialogues. Une manière subtile de savoir un petit peu ce qu’il en est pour le lecteur. Deuxièmement que Robyn et Jeff vont devoir partir en vadrouille pour de nouvelles aventures.

   J’en arrive au troisième tome. La première partie est un saut dans le passé pour raconter l’histoire de Jetboy. Elle est sublime. Le dessinateur ne change pas mais le coloriste oui et il nous offre une colorisation tout à fait adaptée pour un récit historique. J’ai beaucoup aimé cet espèce de demi-teinte, un aspect presque « sépia » mais avec plus de couleurs. C’est extrêmement doux et agréable à lire. On rencontre dans ce récit des personnages inconnus, datant de la jeunesse de Jetboy. Et surtout datant de la naissance de Neopolis. Encore balbutiante, la police en est au début tout comme l’intégralité de la structure de la société. C’est intéressant de voir ces héros devenir un(e) autre quand on cesse d’avoir besoin d’eux.

top 10 3

   Comment se construire et quelle utilité avoir dans le monde maintenant que la guerre est finie ? Neopolis réunit des êtres de tous horizons mais aussi beaucoup qui ont fait la guerre. La question est latente, la réponse apparaît en filigrane. Ce récit se construit autour de Jetboy mais aussi de La sorcière des cieux qu’il rencontre dans le train qui l’amène à Neopolis. Tandis que l’un va commencer par se chercher (Jetboy est extrêmement jeune lors de la guerre), l’autre va vite trouve sa voix et nous faire découvrir Neopolis sous l’angle de la justice. Le racisme est aussi omniprésent, la difficulté de vivre ensemble… A travers ce comics, Alan Moore aborde beaucoup de thèmes de société. Ce qui rend Neopolis d’autant plus crédible. Et l’histoire d’autant plus belle. J’ai été déçue d’arriver à la fin, j’aurai apprécié qu’Alan Moore continue à développer, après tout, nous n’en sommes qu’au début de la construction de la ville. Il aurait intéressant d’en lire plus. Surtout avec un tel dessin. Néanmoins la fin est très sympa, surtout que l’on connaît le devenir de la cité au travers des tomes précédents.

   La seconde partie relative à Robyn et Jeff fut une terrible déception. Et je pèse mes mots. Il est rare que je sois si sévère mais là, je ne puis faire autrement. Commençons par ce qui m’a terriblement choqué : le visuel. Essentiel dans un comics comme dans une BD, un bon scénario souffrira toujours d’un dessin inadapté. Pour ma part, je l’ai littéralement trouvé laid. Nous changeons de dessin, Gene Ha n’est plus aux crayons, il n’y a que Zander Cannon et Ben Dimagmaliw à la couleur. A mon sens, un désastre dont j’ai eu du mal à me remettre. Néanmoins je l’ai fini, plus par acquis de conscience et savoir comment cela allait se terminer que par plaisir. Alan Moore s’essaie à un humour pas toujours des plus fins (la référence à Harry Potter m’a à peine fait sourire) alors qu’il avait la possibilité de faire beaucoup avec l’idée initiale. C’est donc, à mon niveau, une déception totale tant sur le plan littéraire que sur le plan artistique du comics. J’ai eu l’impression qu’Alan Moore gâchait sa propre histoire.

P1000538

   C’est donc une série suivie avec plaisir jusqu’à cette seconde partie du tome 3. C’est franchement dommage et on ne peut que déplorer les choix d’Alan Moore quant à ceux qui devaient mettre en valeur son scénario. Le problème de terminer sur une telle fin c’est que cela ternit l’appréciation que l’on peut avoir pour la globalité de l’œuvre. Le seul petit avantage dans le cas présent, c’est que l’on peut terminer sur la première partie du tome 3, si on n’est pas trop curieux de l’histoire de Robyn et Jeff, qui n’en vaut pas vraiment la peine. Toutefois je vous laisse seul juge, et vous souhaite tout de même une bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s