La parole contraire – Erri de Luca

   Ce court ouvrage est un précis de vocabulaire. Une leçon de littérature. C’est le poing levé d’un homme qui inspire le respect. Auteur italien réputé, Erri de Luca a été poursuivi en justice dans son pays pour avoir apporté son soutien, à travers des propos publiés par le Huffington Post Italie et l’Ansa (équivalent de l’AFP), aux actes de sabotage perpétrés contre la ligne TAV (=TGV= Turin-Lyon). Cette ligne n’est pas encore construite. C’est un projet en cours depuis de nombreuses années qui rencontre une très forte opposition de la part de citoyens vivant dans la vallée susceptible d’être affectée par cette future ligne ferroviaire. N’allez pas croire qu’il s’agit pour eux d’une simple lubie. Ces hommes, femmes et enfants se battent tant pour leurs terres, la vallée, le patrimoine que l’impact écologique énorme qu’aurait ce chantier. Mis en examen, Erri de Luca fera front avec ses avocats. A travers ce texte, l’auteur ne rédige pas un pamphlet mais simplement donne son opinion sur un dossier qu’il trouve particulièrement grotesque. Sans jamais se dissimuler, il assume pleinement ses propos. Il les explique, les décortique, tourne en ridicule l’action menée par les procureurs et la société à son encontre. A travers ses mots, ses phrases, ses expressions il mène son combat. Celui de faire l’usage qu’il entend du verbe « saboter ». La liberté d’expression tant vantée et défendue est mise à mal au sein même de l’Europe grâce à des dispositions législatives détournées de leur objectif initial. Monsieur François Hollande a officiellement refusé de prendre position en faveur de l’auteur qui bénéficie d’un très large soutien populaire dont il est très fier. Là encore il est dommage de ne pas en entendre davantage parler en France alors même que la société ferroviaire en charge de ce chantier et qui souhaitait voir l’auteur poursuivi est… Franco-italienne avec son siège à Chambéry et sa présidence assurée par un haut fonctionnaire français.

Erri

   Mais qu’importe, nous ne sommes pas à une contradiction près dans ce dossier. Erri de Luca en pointent certaines, celles qui le font se révolter. Cette ligne ferroviaire est selon l’État une œuvre « stratégique ». En effet, le val de Suse a été déclaré par l’Italie « zone d’intérêts stratégiques ». Une zone sans dissension comme dirait l’auteur. Une zone de non-droit selon mon ressenti. Il s’étonne que les carabiniers défendent cet endroit contre les manifestations pour une entreprise privée. N’y aurait-il pas là de vils relents de corruption dont l’Italie ne parvient pas à se défaire totalement ? Et si l’État se sent tellement lésé pourquoi n’est-il pas à l’origine des poursuites ? Erri de Luca réclame que ça soit l’État qui vienne face à lui. En refusant d’échapper à ses responsabilités, il entend bien mettre son adversaire en face des siennes. Ici, le procureur ne défend pas la société mais une société privée qui se croit au-dessus de tout.

   Et il en profite pour lui apprendre la véritable signification du verbe « saboter ». Avec une rigueur qui confine à l’excellence, l’auteur donne une leçon littéraire à son pays. A travers ses propos, j’ai ressenti une colère froide et contenue, de celle qui rend chaque mot cinglant. L’auteur n’épargne personne tout en renouvelant son soutien à ceux qui luttent et en maintenant la teneur de ses propos. Il développe d’autres notions telles que l’influence ou l’incitation, révélant par la même un pan de son passé. Avoir été un anarchiste a-t-il eu un impact dans la décision de le poursuivre ? Nul ne le saura jamais mais tous peuvent en douter.

   Impertinent, incisif, Erri de Luca fait montre de courage mais aussi d’indifférence. Il ne se sent pas impacté par ce système qu’il méprise. Cette force de caractère est remarquable. Cet homme est formidable. D’autres sont minables. Il y a peu, 65 personnalités ont fait un appel à la liberté pour Erri de Luca. Lors de l’audience du 21 septembre 2015, le procureur de Turin a requis 8 mois d’emprisonnement contre l’auteur qui encourait plusieurs années. Face à cela, Erri a rétorqué qu’il s’attendait à bien plus. Cette maigre demande reflète peut-être le fond du problème : ce dossier n’aurait jamais dû voir le jour. Sans compter que l’auteur a toujours dit que si il devait faire de la prison, il irait. Il ne ferait pas appel de cette décision. Histoire que ceux qui sont derrière tout cela comprennent une chose : on peut enfermer un homme mais pas une idée. On pourra le priver de sa liberté d’expression, ceux qui le soutiennent prendront le relais. Soyons fiers de cet homme qui n’est pas un terroriste, seulement un homme qui a usé d’une phrase totalement sortie de son contexte par des détracteurs.

   Avec justesse et brio, l’auteur met le doigt sur un point non négligeable : en quoi ces propos portent à conséquences ? Qui a attendu qu’Erri de Luca s’exprime pour passer à l’acte ? Aucun de tous les militants activistes déjà présents sur le site ou ailleurs, porteurs de la contestation. Cette absence de rigueur juridique démontre bien la futilité de cette action qui, de par mon métier mais aussi en tant que lectrice de l’auteur, me met hors de moi.

   C’est autant par soutien que par conviction que j’ai lu cet ouvrage. J’admire la façon dont l’auteur s’exprime, et je regrette l’affaire dont il fait l’objet. Je me joins à tous ceux qui le soutiennent pour que cet auteur continue à nous régaler de ses livres magiques. Et je continuerai à le lire.

Bonne lecture.

Un petit article tiré du site du Bibliobs et un site de soutien à Erri de Luca avec une pétition.

Publicités

Une réflexion sur “La parole contraire – Erri de Luca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s