Hôtel Transylvanie

   Pour une fois le programme télé était en accord avec mes envies, actuellement en rapport avec les monstres, sorcières et autres créatures horribles dans le cadre du challenge Halloween de Lou et Hilde ! C’est pourquoi je me suis mise mardi soir devant Hôtel Transylvanie. Le second volet est sorti il y a peu et la bande-annonce m’avait donné envie de le voir. Toutefois sans avoir vu le premier, ça me semblait compromis. Me voilà donc désormais opérationnel !!

   Ce dessin-animé réalisé par Genndy Tartakovsky est sorti en France le 13 février 2013. Il était temps que je le vois… Basé sur une idée originale, je déplore une fin un peu convenue… Je développe.

hôtel

   Le comte Dracula a ouvert un hôtel en Transylvanie où tous les montres peuvent venir s’y reposer, s’y prélasser. On retrouve toutes les figures célèbres : Frankenstein, la momie, l’homme invisible, le yéti et j’en passe. Des méchants pas si méchant mais très hilarant qui sont les seuls à pouvoir passer la porte de l’hôtel… Jusqu’à l’arrivée de Jonathan, simple humain qui entre avec une facilité déconcertante dans l’antre d’un vampire réputé mais surtout d’un père ultra-protecteur avec sa fille Mavis.

   Le dessin-animé commence sur une base très originale. L’histoire s’annonce bien tournée. J’ai beaucoup aimé les trésors d’ingéniosité dont fait preuve Dracula pour tenter de dissimuler la nature humaine de Jonathan. En effet, l’hôtel garantit l’absence d’humains, créatures horriblement méchantes pour ces monstres forts sympathiques. Le lien qui se noue entre ces deux personnages est attachant et Jonathan se fait une place avec beaucoup d’humour et de justesse. Mavis est une vampire adolescente de 118 ans, doublée en français par Virginie Efira, pleine d’ardeur mais aussi de peurs suscitées par son père. Une vampire dans une prison dorée sur laquelle veille jalousement Dracula. J’ai trouvé ce dernier très attachant surtout quand il dévoile sa propre histoire, à l’origine de son aversion pour les humains. Mais alors qu’est-ce qui cloche ?

   Ce qui cloche à mon sens c’est la fin. Dracula convainc ses amis qui se sentent trahis avec une facilité déconcertante. L’histoire d’amour est érigée en une romance à l’eau de rose qui manque totalement de profondeur (alors même qu’il y aurait eu de quoi développer ne serait-ce que sur l’espérance de vie de Jonathan comparée à Mavis…). Bref, le réalisateur aurait pu essayer d’être toujours autant décalé et ne pas tomber dans l’histoire trop facile. La fin en elle-même est sympathique mais ce tournant qui permet d’y accéder m’a semblé poussif, mal dégrossi, bâclé.

   Cela reste néanmoins le seul bémol. A côté de ça, j’ai trouvé le rythme endiablé, il y a peu de pauses, ça s’enchaîne avec fluidité. La bande-originale dépote bien aussi, tout à fait dans l’air du temps ! Les clins d’oeil (à Twilight dans l’avion…) sont drôles, autant que les situations cocasses dans lesquelles Dracula se retrouvent. Je déplore juste la facilité empruntée par le réalisateur sur la fin et la relation entre Mavis et Jonathan qui est pourtant empreinte tout du long d’une ardeur, d’une maladresse et d’une douceur très touchantes.

Maêlle

Vu dans le cadre du

2705704458.jpg

Publicités

Une réflexion sur “Hôtel Transylvanie

  1. Acr0 24 octobre 2015 / 13 h 36 min

    Je suis d’accord avec toi sur la fin… et sur le reste aussi : qu’est-ce qu’il m’a plu 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s