La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

   Je poursuis mon épopée nordique avec une auteure suédoise qui déroule son histoire… En Iowa. Il y a de quoi surprendre ! En réalité j’ai choisi ce livre pour son résumé plein de douceur qui me semblait en parfait accord avec la période des fêtes. Après un début chaotique, je me suis délectée avec plaisir de cette histoire simple et pleine d’optimisme. C’est rempli de personnages et de livres avec un peu de romance, un bon programme de détente. À cela on peut ajouter un peu d’humour qui agrémente le tout pour le plus grand plaisir de la lectrice que je suis. Ce genre d’ouvrage, ça fait du bien au moral, tout simplement.

bibliothèque

Sara Lindqvist vit à Haninge en Suède et échange des lettres avec Amy qui vit à Broken Wheel en Iowa. Elles parlent de la vie, des livres et de la possibilité de se voir. Ce qui finalement va se produire. Sara décide de venir voir Amy. Mais quelle déconvenue quand elle arrive et apprend que cette dernière est décédée quelques jours auparavant. Que va-t-elle devenir durant les 2 prochains mois qu’elle avait prévu de passer là ?

   Le début m’a beaucoup surpris. J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Ce qui m’a poussé à poursuivre c’est notamment le fait que je me sois beaucoup attachée à Sara. Elle est amoureuse des livres. Une passionnée qui en oublierait presque les humains pour ne s’attacher qu’à ses personnages d’encre et de papier. Maladroite dans sa façon d’aborder les gens, incapable de s’attacher, ignare dans les relations amoureuses, Sara semble perdue et démunie. Elle arrive dans une ville perdue, meurtrie par la crise économique de 2008, seule, abandonnée par la seule amie qu’elle avait réussi à se faire. Malgré tout, Sara va relever la tête et faire face.

   La description de la ville ne donne pourtant guère envie. Je dois avouer que ça m’a même rebuté. Avec le recul, je réalise que c’est sûrement l’effet escompté. En effet, nous sommes totalement soumis au point de vue et au ressenti de la jeune femme fraîchement débarquée. Petit à petit nous remarquons des détails. Broken Wheel, que l’on peut traduire par la roue cassée se situe trop près d’une grande ville, Hope « l’espoir » qui absorbe toute son énergie. Il ne reste à Broken Wheel que ceux qui ne peuvent en partir ou qui s’y refusent par attachement à ce lieu atypique. Il faudra toute l’énergie et tout l’optimisme de la jeune femme pour se lancer dans l’aventure que la vie lui offre.

   Car Sara va persister et ne pas se laisser décourager par cette première impression que dégage la ville décrépite et abandonnée. Elle va aller à la rencontre des quelques personnes qui vivent là et nous aussi. Derrière la façade nous découvrons l’histoire de chacun. Jen, son mari et ses enfants, une des rares familles qui demeurent. John, le seul noir de la ville, un des plus proche ami d’Amy, qui se révèle lentement. Grace, la fort-en-gueule qui refuse d’admettre qu’elle a un grand cœur. Et puis, il y a Georges, Claire, Andy, Carl, Josh, Caroline et Tom, évidemment. C’est toute une galerie de personnages joyeux, parfois loufoques, qui gravitent autour de la jeune femme. Quoique sceptiques face à son envie d’ouvrir une librairie et de trouver à chacun le livre qui lui conviendra.

   Sara m’a finalement pleinement convaincu et je me suis comme elle attachée à tous ces hommes et femmes. J’avais hâte de retrouver le petit monde de Broken Wheel, aller manger un hamburger chez Grace, me lover dans un fauteuil près de la vitrine de la librairie. Même les champs de maïs ont fini par devenir familiers. La maison d’Amy que Sara s’approprie petit à petit. Et puis la générosité de chacun de manière différente. Prêts à tout pour sauver leur ville, pour prouver qu’ils ont encore une raison d’exister, les habitants ont tous à leur façon une rage de vivre et une profonde fierté.

   L’auteur fait également de cette ville un hymne à la tolérance où vivent ensemble un noir, un couple gay, une touriste étrangère, une fille-mère, un ancien alcoolique, un jeune homme qui s’amourache d’une femme d’âge mûr, tous profondément solidaires les uns avec les autres. C’est une ode à la vie, à la tolérance, à l’amour aussi. J’ai apprécié que l’auteure joue avec les faiblesses des uns et des autres, nous les révélant de plus en plus intéressants au fil des pages. Elle n’hésite pas à construire des personnages forts et faibles à la fois, une sorte de fable humaine. Et l’auteure est parvenue à me surprendre notamment avec Josh. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle cerne avec une telle aisance l’espèce humaine. D’un trait de plume elle esquisse tour à tour l’homme en quête de soi, la femme déterminée, apeurée par les clichés qu’elle craint véhiculer.

   Et ceux sont les livres qui vont servir de lien entre les êtres. Sara va tisser une toile d’affections entre tous ces hommes et femmes. Elle va devenir un rai de lumière dans cette ville assombrie par la désolation qui l’entoure. En dehors de Sara, ceux sont les livres qui ont le rôle principal. Elle les égrène au gré de ce qu’elle vit, se basant sur eux pour comprendre son environnement mais consciente aussi de leurs limites.

« Les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? »

   La simplicité dont elle fait preuve m’a plu et m’a emporté jusqu’à Broken Wheel. Je n’en parlerai pas plus au risque de vous dévoiler des surprises que je ne peux que vous inviter à découvrir. Sans compter que je vous laisse le meilleur… Sara est venue aux Etats-Unis avec un visa de tourisme qui va expirer mais les habitants de Broken Wheel ne vont pas vouloir la laisser partir. La suite est aussi touchante qu’hilarante !

Bonne lecture !

Publicités

2 réflexions sur “La bibliothèque des coeurs cabossés de Katarina Bivald

  1. Marionnette 15 juillet 2016 / 11 h 32 min

    Une découverte telle qu’on les aimes et surtout on aimerais que le livre et l’histoire de Sara continu encore et encore…. preuve est faite également que chaque livres ou catégories ne peuvent convenir à tous mais qu’après analyse il y a toujours un livre, une histoire ou un style de littérature qui va nous entraîner en dehors de nos limites et personnalité: un réveil en soi!!!! A mettre dans sa bibliothèque de toute urgence!

    • Maêlle 18 juillet 2016 / 16 h 45 min

      Il est vrai que ce fut une belle découverte et je suis d’accord, c’est la preuve qu’on peut trouver à chacun le livre qui lui plaira !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s