L’adoption – Tome 1 Qinaya de Zidrou & Monin

   C’est une histoire du quotidien. Une histoire banale mais tellement bien mise en valeur dans cette magnifique bande-dessinée, que les moments ordinaires qu’elle décrit, deviennent extra-ordinaires. Le dessin de la couverture m’a tout de suite captivé et j’ai dévoré ce premier tome. Passée la frustration de la fin (que je croyais être la fin de la BD faute de savoir qu’il y avait un tome 2 de prévu…), je suis devenue avide de connaître la suite. C’est terrible pour le lecteur de se retrouver ainsi esseulé ! En attendant de pouvoir poursuivre ma lecture avec le second tome, je vais vous parler un peu de ce premier volet.

Couverture de L'adoption -1- Qinaya

   Alain et Lynette ne parviennent pas à avoir d’enfant. Alors qu’un tremblement de terre au Pérou laisse de nombreux enfants orphelins, ils se décident à adopter. C’est ainsi que Qinaya arrive dans leur vie. Et dans celle des parents d’Alain.

   C’est une histoire somme toute assez classique. Un couple en mal d’enfant qui décide d’adopter une petite fille native du Pérou. Mais plutôt que de se positionner sur le point de vue de ces « nouveaux » parents, l’auteur se place au niveau des grand-parents et surtout de Gabriel, le père d’Alain, le grand-père de Qinaya.

P1020747

   Car si adopter relève du choix du couple, celui-ci se répercute sur toute la famille. Face à une grand-mère ravit, toute à sa joie d’avoir une petite-fille, Gabriel, le grand-père taciturne et bourru va avoir le plus grand mal à se réjouir. Ce qui augure de sacrées complications à l’avenir ! Gabriel ce qu’il veut, c’est profiter de sa retraite, de ses amis, avoir sa petite routine et la conserver. Mais c’est sans compter sur sa femme. Le couple qu’il forme avec elle est un beau couple. Même si elle est parfaitement réaliste en lui disant qu’il n’a jamais pris la peine de s’occuper de ses enfants, pour autant l’auteur réussit à ce que cela ne soit jamais un reproche. Mais seulement un constat. Le constat que lui, en tant que boucher, à faire ses 50 heures par semaine, n’avait pas le temps de s’occuper de son fils Alain et de sa fille Brigitte. A cela s’ajoute la légère amertume d’avoir du vendre sa boucherie, son fils n’ayant pas du tout choisi cette voie. Alors évidemment, quand il se retrouve face à ce petit bout, plein d’innocence, d’angoisses, de peur, mais aussi plein de joie de vivre, d’amour et de tendresse, il peine à lutter. Qinaya est aidée par sa grand-mère, trop ravie de pouvoir bichonner sa petite fille. Le premier repas, la première nuit, tout y passe avec simplicité et beauté.

P1020748

   On s’attache profondément à Qinaya et Gabriel, les deux protagonistes de cette histoire. Le lien qui se tisse entre eux dégage une très belle force. Les moments difficiles ne sont pas esquivés tel que les questions de Qinaya sur sa mère biologique. Mais on croise aussi les angoisses des parents, notamment de Lynette. Et cette belle phrase d’Alain qui lui dit que désormais c’est elle la maman de Qinaya. Tout cela est contrebalancé par les moments forts et intenses vécus par la petite fille. Ses fous rires, ses premiers mots en français… Des moments propres à ceux qui ont été adoptés. Je me suis émerveillée de ces petits moments de bonheur dessinés par Monin.

   En parlant de dessins, laissez-moi vous en dire quelques mots car force est de constater que mon affection pour cette BD vient aussi des dessins. Ils sont plein de chaleur et de douceur. J’ai eu le sentiment d’être moi-même bercée de tendresse tout au long de ma lecture. Les traits magnifiques, autant que la mise en couleur, soulignent un récit plein d’émotions. L’émotion de Gabriel est contagieuse, ce qui rend la fin d’autant plus difficile. Et notre impatience d’autant plus grande quand la fin se profile.

   J’ai pu lire ici ou là, que certains lecteurs rapprochaient le plaisir de lecture de cette bande-dessinée à celle « Les beaux étés » aux commandes de laquelle nous retrouvons Zidrou. C’est drôle, c’est une série qui me tente depuis un petit moment ! Et quand je vois la qualité de l’auteur dans cette bande-dessinée, je crois que je vais me laisser tenter par cette série.

   En tout cas, L’adoption a été une très belle découverte et un grand plaisir à lire. C’est un très bel ouvrage et un véritable coup de cœur que je vous invite chaudement à découvrir.

Bonne lecture !

Maêlle

Publicités

Une réflexion sur “L’adoption – Tome 1 Qinaya de Zidrou & Monin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s