Légende de la garde – Automne 1152 de David Petersen

   Voilà une découverte littéraire suscitée par AcrÖ. Comment ça, ça faisait longtemps ? Non, je ne pioche pas toutes mes envies littéraires chez Livrement ! Mais je suis attentivement son blog et je dois dire que j’ai eu l’occasion de faire de belles rencontres livresques grâce à elle. Je vous laisse le soin de lire son article au sujet de cet ouvrage et je vous mets au défi de ne pas succomber à son achat ! Après ça,je vous invite à lire mon propre article…

Automne (4)

    Automne 1152, trois ans se sont écoulés depuis les guerres d’hiver contre le Furet. La Garde, le corps d’élite garant de la sécurité de tous, veille au grain. Liam, Saxon et Kenzie ne ménagent pas leur peine pour tenir leur rang. Ils sont envoyés à la recherche d’un marchand disparu mystérieusement. Mais la mission prend une tournure plus inquiétante car une menace semble peser sur l’avenir de Lockhaven et des autres cités des Territoires. L’aventure sera plus périlleuse et plus rude qu’il n’y paraît.

   Tout d’abord, ce livre est un très bel objet. L’ouvrage est de grande qualité avec son papier glacé et épais et sa couverture rigide, bien épaisse elle aussi. La taille est surprenante, plus petit qu’une bande-dessinée, plus grand qu’un roman, il tient bien en place dans les mains, celles des adultes comme celles des plus jeunes.

   Le livre continue à mettre sa beauté en avant, orné qu’il est de sublimes dessins. On sent qu’ils sont travaillés, sans être trop précis ils nous plongent parfaitement dans l’ambiance de l’histoire. A l’échelle d’une souris, le monde devient source de dangers inconnus pour les hommes que nous sommes. Les proportions sont impressionnantes, le serpent ressemble à un dragon. C’est parfaitement bien crayonné, on est vite pris dans l’environnement de nos trois souris. Les couleurs sont chaudes exceptées le gris des souris, parfaitement reconnaissable au fil des cases. Ces dernières sont empreintes d’expression réalisées à la perfection. L’anthropomorphisme est bien maîtrisé et ce, malgré le fait que l’auteur conserve une grande partie des caractéristiques des rongeurs dont il s’inspire.

Automne (1)

   Je me suis vite attachée à notre petit trio. Chacun a son caractère, bien trempé, mais se révèle finalement plein de tendresse. Faisant fi du danger, nos soldats de la Garde combattent vaillamment, emplis des grands principes qu’on leur a inculqués. On retrouve dans l’histoire des idées éculées mais efficaces : des soldats d’élite, un Royaume à protéger d’une menace mal discernée, un héros tombé dans l’anonymat qui va devoir resurgir pour la cause. C’est bien amené et puis quand on découvre la présence d’un traître parmi le Royaume, on ne peut s’empêcher de trembler pour nos petits amis. Vont-ils le découvrir à temps ?

   C’est un peu enfantin, je vous l’accorde mais vous savez que j’ai une âme d’enfant. Alors oui, ça m’émerveille des souris qui parlent entre elles et j’adore les héros un brin chevaleresque que recèlent ces histoires. J’ai vibré dans les combats d’épée et partagé la tristesse de Sadie, une petite souris chargée de rétablir le contact avec un membre de la Garde isolé sur le territoire vers le nord. Je suis totalement entrée dans le récit. La mort n’est pas épargnée, elle existe, même si sa mise en scène reste empreinte de beaucoup de recul et de pudeur. Par conséquent, je n’ai pas trouvé l’ensemble naïf. Je dirai que ça s’adresse aisément à tout public même si les enfants qui recherchent de la lecture seront peut-être un peu frustrés par les dialogues concis, mais chaque début de chapitre est développé pour nous présenter un peu du Royaume.

Automne (5)

« Qu’importe l’ennemi, pourvu qu’on est la cause ! »

   C’est une lecture simple et agréable pour un été en douceur que vous ayez 4 ans ou 104 ans.

Bonne lecture !

Maêlle

Publicités

2 réflexions sur “Légende de la garde – Automne 1152 de David Petersen

  1. Acr0 9 septembre 2016 / 13 h 42 min

    Le format surprend et très vite, on découvre avec délices ces magnifiques planches. À la première lecture, si on ne retient pas les caractéristiques physiques et la couleur de la cape de chaque souris, on peut être un peu perdu(e). Mais une fois qu’ils sont bien identifiés, on les apprécie rudement. J’ai beaucoup aimé le trait et je suis fan des couleurs et des textures. Ravie que ce premier livre te plaise 🙂

    • Maêlle 9 septembre 2016 / 14 h 56 min

      J’ai tâché de me souvenir de la couleur des capes pour repérer nos souris dans le trio. Après elles ont chacun un caractère bien différent et bien spécifique qui permet au fur et à mesure de se souvenir qui est qui et surtout qui parle ! Mais c’est vrai qu’il faut faire attention au début, sinon ça nécessite quelques retours en arrière. Maintenant je vais m’atteler à la suite… Il faut que je cesse les nouvelles séries et tente de poursuivre celles déjà commencées !!!! D’autant que pour celle-ci, la suite semble à la hauteur 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s