Iroquois de Patrick Prugne

En voilà une belle BD arborant une bien jolie couverture. Iroquois de Patrick Prugne est sortie à la fin de l’été dernier chez l’éditeur Daniel Maghen. A travers un récit fouillé, des illustrations fidèles à l’Histoire, Patrick Prugne nous livre une œuvre de grande qualité qui a su à la fois m’instruire et me faire rêver.

Couverture de Iroquois

1608, Québec n’est qu’un point sur une carte d’Amérique du Nord encore floue et méconnue. Une bâtisse fortifiée construite sur les rives du St Laurent qui a davantage de prétentions que de véritable pouvoir. Délégation française perdue dans un endroit du globe aussi magnifique que dangereux, nous faisons la connaissance de Champlain, représentant du Roi, cartographe et surtout, un homme qui saura traité avec les indiens présents sur ces terres depuis de nombreuses générations.

   Il est vrai que nous savons tous que Québec est une province francophone au Canada, mais j’avoue avoir peu croisé l’histoire de cette province dans mes livres d’histoire. Et je n’ai jamais eu la curiosité de me renseigner pour savoir pourquoi ils parlaient française. On se doute bien que cela a à voir avec notre histoire de colonisation en Amérique du Nord mais j’ai beaucoup appris à travers cette bande-dessinée.

   Champlain, lieutenant du vice-roi de Nouvelle France, doit cartographier la région appelée Nouvelle France et établir une nouvelle colonie française sur les rives du fleuve Saint Laurent. Québec est né mais doit faire face à un redoutable conflit entre ethnies indiennes qui plombe le commerce entre indiens et français. Champlain décide donc d’aider les indiens et d’aller à la rencontre des iroquois afin de régler ce conflit une bonne fois pour toute. Au passage, il va découvrir des berges encore inexplorées dans un pays qui a tout à offrir.

photo-2

   Patrick Prugne a accompli un travail admirable qui fait de sa BD une véritable reconstitution historique. D’ailleurs les dernières pages vous montreront le travail accompli par ce dernier pour parvenir à être le plus proche possible de la réalité. De la tenue des indiens à celle des soldats français, des canoës indiens aux chaloupes françaises, les détails sont de mises et nous immergent complètement dans cette histoire.

   J’ai été particulièrement impressionnée par les tenues des indiens. Tout y est, les plumes et les armes, Patrick Prugne s’est penché sur la question de la tenue de ces hommes guerriers (et nous régale de grandes doubles pages à la fin pour illustrer son travail de recherche, un vrai plaisir pour continuer la lecture !) Pour finir sur le dessin, j’ai noté qu’à côté de cet aspect « descriptif » et fidèle à ce que l’on sait de cette époque, il a pris soin de travailler deux autres points essentiels : les expressions de ses personnages, qui vont de la haine farouche, de la colère, à la tendresse et au respect mutuel ainsi que les couleurs. Ces dernières sont somptueuses et se révèlent être un véritable point fort de l’œuvre. Été canadien dans toute sa splendeur, Patrick Prugne inonde ses pages de couleurs chaudes qui nous plongent dans la nature luxuriante d’un pays encore presque vierge. Les indiens vivent dans une harmonie complète avec la nature, ce qui rend la main de l’homme encore invisible.

photo-1

   Pour accompagner ces belles illustrations, Patrick Prugne a décidé de s’inspirer d’un fait historique, à savoir une bataille menée par Champlain aux côtés d’indiens avec lesquels les français commercent, contre une ethnie farouchement opposée à la venue des blancs : les iroquois ou mohawks ou encore les agniers. Les haudenosaunees (iroquois en indien) refusent de commercer avec les européens. Au delà de ce refus, ils s’en prennent aux autres nations indiennes qui elles, acceptent le commerce des fourrures. Nous gardons souvent l’image assez horrible des européens qui débarquent de leurs navires des hommes porteurs de la peste pour éradiquer les indiens et s’approprier leurs terres. Patrick Prugne décide de nous dévoiler un autre visage. Certes, nous avons des européens qui arrivent sur des terres indiennes mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, il existait entre eux semble-t-il, une forme de respect. Les européens s’installèrent sans vouloir s’étendre dans un premier temps et acceptant le commerce avec les indiens dans un climat de relative confiance. Mais le conflit avec les iroquois devient pénible tant pour les indiens que pour les européens. Aussi c’est ensemble et non seulement par la seule volonté des européens, que cette expédition est montée.

photo-3

   Je ne sais pas si Champlain était réellement comme il est décrit dans la BD mais j’y ai trouvé un homme curieux de la culture des indiens et surtout très respectueux de leurs croyances. Il a bien conscience également qu’ils connaissent parfaitement les secrets de ces forêts où ils vivent depuis des siècles et il n’hésite pas à demander l’aide du chef indien qui l’accompagne.

   On peut déplorer qu’un conflit soit né entre nations indiennes. On sait qu’ils existaient avant néanmoins difficile de ne pas estimer que la venue des européens a bousculé un ordre établi. Mais le récit a le mérite de peindre un portrait sûrement assez réaliste de ce qui a pu se passer dans ces contrées lointaines souvent oubliées par le Royaume de France. Il faut dire qu’au XVIIème siècle, les moyens de communication étaient peu performants.

   Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas de bain de sang. Et il ne faut pas oublier que les indiens torturaient aussi leurs ennemis, les scalper… Même si on peut admirer leur connexion à la terre, leur respect de la nature qui fait clairement défaut aux européens de cette époque, les indiens demeurent un peuple de guerriers.

   C’est donc un scénario équilibré entre vérité historique et roman d’aventure, servi par des dessins de toute beauté qui vous emportent bien loin de chez vous, dans les contrées canadiennes.

   Une lecture qui fait voyager et donne envie de voir ces lieux de ses propres yeux. Je ne peux que vous la conseiller.

Bonne lecture !

Maêlle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s