La revanche des petits seins de e.l.n.z.

   Je vous raconte ma vie pour introduire cet article (qui va donc être ô combien intéressant !). J’ai découvert la maison d’édition Realities Inc à travers un appel à texte relayé par un autre blog (suivez mon regard) auquel j’ai décidé de participer (si vous voulez tout savoir, c’est l’AT « Tous aux abris« ). Durant l’horrible temps d’attente avant le verdict de savoir si vous êtes retenu ou recalé (en vrai, je le vis très bien…) je me suis intéressée davantage à cette maison d’édition et me suis mise à la suivre par tous les canaux possibles : twitter, Facebook et cie. C’est par ce biais que j’ai pu apprendre la possibilité de lire gratuitement la nouvelle La revanche des petits seins de e.l.n.z. Le titre me plaisait beaucoup et la lecture m’était offerte : à quoi bon se priver ? Hop, la voilà sur ma liseuse, sitôt téléchargée, sitôt lue… Et fortement appréciée ! Je me suis lancée dans cette lecture sans aucun a priori et sans savoir du tout à quoi m’attendre. Je n’ai même pas pris connaissance du résumé, rien de rien. J’ai allumé la Kobo et j’ai lu. J’en suis ressortie assez bouleversée et avec l’envie de lire d’autres œuvres de l’auteur…

Faites comme moi, allez-y sans rien savoir. Allez-y à l’aveugle (et si vous voulez vraiment lire le résumé, je vous laisse le soin d’aller voir par vous-mêmes).

   La nouvelle est un art. Dans un texte court, il faut parvenir à condenser un maximum d’informations, trouver le moyen de décrire sans lasser, de percuter sans choquer, de faire passer un grand message en un minimum de mots. J’ai appris à apprécier ce style littéraire au fil du temps et le challenge Je lis des nouvelles et des novellas organisé par Lune auquel j’ai participé m’a permis de pleinement découvrir ce genre. Je me suis donc tournée vers cette lecture avec une seule attente : être surprise, être émue durant une lecture nécessairement courte. Je n’ai pas été déçue.

   e.l.n.z. réussit à vous brosser en 18 pages format epub, le portrait de trois personnages différents. Ce n’est pas rien. Et même si l’un des trois vous touchera sans doute davantage, il n’en demeure pas moins que les trois sont fouillés et atypiques. Ils sont différents tout comme la narration que l’auteur choisit, annonçant un changement de point de vue par une simple lettre : l’initiale du prénom du personnage.

   C’est là le maître mot de ce petit bijou : un hymne à la différence. Et au respect de celle-ci. Le message que l’auteur fait passer n’est donc pas des moindres et cela en seulement quelques mots. Quelques phrases pour vous parler de trois destins durement marqués par le regard des autres. Trois personnes qui font un choix de vie différent de la norme communément admise, celle qui vous pèse dès que vous sentez que vous sortez du sentier battu dessiné par les générations précédentes. L’évolution est lente à venir mais elle ne viendra surtout pas si on refuse le droit d’exister à ces gens.

   e.l.n.z. compense le poids des regards par celui de ses mots. Ils sont choisis avec soin, les phrases sont bien tournées, l’émotion est au rendez-vous. Pas celle qui vous fera pleurer. Plutôt celle qui vous remplit de colère et de rage de vivre. Celle qui vous fait demander à quelqu’un un peu de respect pour l’être humain que vous êtes. Et disons-le, une envie de renvoyer paître le prochain qui osera laisser sortir de sa bouche un commentaire acerbe sur une personne différente.

   Vous vous immergez dans le texte et vous en sortez avec une force incroyable. Et l’envie de dire à ces gens différents : restez-le. Osez votre différence, osez afficher votre fierté d’être différent quand on vous regarde avec mépris et dédain. J’ai bien conscience que ça n’est pas facile, mais à travers ce court texte, l’auteur leur offre tout le respect qu’on leur doit. De la compréhension aussi, généralement le vecteur principal du respect, ce dernier manque souvent quand l’ignorance est maîtresse du cerveau.

   J’ai aimé. Vraiment. Beaucoup. C’est une petite pépite qui vous transporte. Le message est aussi limpide que l’écriture est fluide. L’auteur transforme le quotidien de ces personnes en un récit plein d’humanité qui fait du bien et qui nous rappelle que le ciment d’une société apaisée se fabrique avec le respect des uns et des autres.

   Vous l’aurez compris, à vos liseuses…

Bonne lecture,

Maêlle

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s