La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben

   Qui n’a jamais regardé avec admiration un majestueux chêne qui étend ses branches au milieu d’un champ baigné de brouillard ? Personnellement, j’adore le bruit des feuilles sous mes chaussures en forêt et l’ombre d’un grand arbre est toujours appréciable quand le soleil estival brûle la peau. Mais au fond, que savons-nous de tous ces arbres ? Omniprésents en ville, où les parcs se targuent d’avoir les uns et les autres les plus belles espèces, maître des forêts, ils sont souvent utilisés pour construire nos demeures, nous chauffer et nous savons ô combien la déforestation pose problème. Pourtant, connaissons-nous les arbres ? Hormis quelques bribes de connaissances acquises durant un cours de sciences de la vie et de la terre au collège, je dois bien avouer que mon savoir en ce domaine est particulièrement limité. C’est donc avec une certaine avidité que j’ai ouvert et me suis plongée dans La vie secrète des arbres – Ce qu’ils ressentent – comment ils communiquent de Peter Wohlleben. Si je suis certaine de ne pas avoir tout retenu, la quantité d’informations délivrée tout au long de notre lecture se révèle dense, je le suis aussi d’une chose après avoir terminée la dernière page de ce livre : notre ignorance est immense. Explications…

   Peter Wohlleben est un forestier allemand, totalement passionné par son métier. Il m’a paru à la fois fier du savoir qu’il a acquis et en même temps très humble face à tout ce qu’il ignore encore. C’est vraiment le sentiment qui me domine maintenant que je l’ai lu, celui de constater l’étendue de notre ignorance. Les arbres nous entourent depuis toujours, nous connaissons leur rôle dans la photosynthèse mais que savons-nous de leur façon de vivre ?

   Notre vision du monde est assez binaire : il y a le monde végétal et le monde animal. Les arbres sont du monde végétal. Il est vrai que l’on aime bien que tout rentre dans des cases, c’est plus facile à appréhender. Oui mais voilà, la nature est sans doute plus compliquée que cette vision peut-être un peu simpliste…

   C’est avec beaucoup de pédagogie et de douceur que l’auteur nous emmène vers un cheminement intellectuel différent de celui que nous avons coutume d’utiliser. Il nous plonge dans son monde qui est fait d’entraide, de parent-enfant, de solidarité entre arbres de la même espèce mais aussi entre plusieurs espèces différentes. J’ai appris que l’homme avait fait beaucoup de découvertes sur les arbres plutôt récentes… Et que tout cela engendre davantage de questions que ça n’apporte de réponses ! Mais c’est passionnant d’apprendre que nous avons encore tant de mystères à élucider dans un domaine aussi « banal » en apparence que les arbres.

   L’auteur étaye son propos de nombreuses références scientifiques, fournissant à la fin du livre une liste précise de tout ce qu’il cite au cours de ses explications. Libre à nous ensuite de poursuivre notre découverte en allant lire les études auquelles ils se réfèrent ou les articles de revue spécialisée. Une partie de la communauté scientifique s’intéresse à ce monde végétal et à tous les secrets qu’il renferme, à commencer par le monde universitaire qui n’hésite pas à se déplacer en forêt pour faire des expériences. Malgré tout, ces recherches sont relativement récentes et soulèvent bien des interrogations. Pour répondre à celles-ci, il va falloir poursuivre sur la voie de la recherche. Pour essayer de vous faire comprendre à quel point j’ai senti l’humain ignorant, je vais vous donner un exemple plutôt parlant : nous savons que l’eau monte des racines jusqu’aux feuilles mais nous ne savons pas réellement comment elle monte si haut. Oui vous avez bien lu. Pour l’heure, nous ignorons la façon dont précisément l’eau récupérée par les racines est acheminée jusqu’au houppier. C’est dire le travail de recherche qui reste à faire !

   Ardent défenseur d’une diminution de l’intervention humaine dans les forêts, Peter Wohlleben est aussi un conteur hors pairs qui vous emmène dans des lieux familiers et pourtant mal connus. J’ai apprécié sa plume très fluide à lire et sa capacité à vulgariser des concepts scientifiques pas toujours très aisés à comprendre. A aucun moment je n’ai été perdue dans ses explications et c’est très appréciable. Il mêle à la fois des travaux scientifiques mais aussi beaucoup d’observations qu’il a pu faire dans le cadre de l’exercice de son travail. C’est donc un récit très vivant qui ne tombe pas dans le rébarbatif d’une synthèse monotone de données scientifiques. J’ai pu lire que certain lui reprochait un récit un peu décousu, un reproche que je ne ferai pas. En effet, j’ai trouvé qu’à chaque fois qu’il abordait une notion dans un chapitre il avait pris la peine de l’expliquer avant. Il y a une certaine cohérence même si évidemment, tout étant lié, il y a quelque fois la phrase « nous verrons ça plus tard ». Mais je n’ai pas noté de cas de figure où je n’aurai pas été en mesure de comprendre quelque chose parce qu’il aurait omis de l’expliquer dans un ordre compréhensible.

   En terminant cette lecture, il est indéniable que je vais regarder les arbres différemment désormais. Je n’ai pas nécessairement adhéré à toutes ses idées mais je crois qu’il a raison sur la façon dont il est nécessaire que l’on traite notre environnement avec plus de respect. L’intervention humaine n’est pas toujours (souvent même…) faite à bon escient même quand vous pensez l’inverse et que cela fait des décennies que l’on estime que « c’est mieux de faire ainsi ». Peter Wohlleben ne parviendra sans doute pas à révolutionner notre rapport avec la nature mais sans doute son livre fera mouche pour amorcer une évolution – bienvenue – de nos mentalités.

Bonne lecture !

Maêlle

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s