La tresse de Laetitia Colombani

   C’est ma copine Linetje qui m’a devancé dans la lecture de La tresse de Laetitia Colombani. J’avais entendu de nombreuses critiques fort élogieuses concernant ce livre qui parlait de femmes. Intriguée, je me suis décidée à lui emprunter pour le lire à mon tour. J’ai apprécié ma lecture sans que ça soit pour autant un coup de cœur.

Trois femmes, trois destins, les trois branches d’une tresse de vie. Une indienne malmenée mais déterminée, une avocate qui se croit invincible et qui vacille, une jeune sicilienne qui se relève après l’effondrement de son père. Trois liens qui se tissent pour se retrouver…

   Ces trois femmes recèlent toutes une incroyable force de vie. Chacune à leur manière prenne leur vie en main suite à un événement qui chamboule leur existence.

   Smita et sa situation d’Intouchable en Inde m’a révolté. Je ne parviens pas à comprendre comment un régime aussi discriminant peut continuer à exister et à réduire des êtres humains à moins que rien. Sa volonté de changer sa situation, de l’améliorer ne peut que résonner en vous.

   Sarah, avocate canadienne a un parcours assez prévisible. Elle évolue dans un monde de requins et évidemment dès qu’elle se met à saigner, entendez par là qu’elle révèle une faiblesse, ils se précipitent pour l’éliminer. Le monde impitoyable du travail à travers les yeux d’une femme ambitieuse qui voit tous les efforts qu’elle a fait toute sa vie réduit à néant. Et évidemment on s’interroge avec elle… Est-ce que tous les sacrifices qu’elle a fait en valaient la peine ? Est-ce qu’elle n’a pas fait confiance à la mauvaise personne ? Intérieurement on bout de fureur en voyant l’injustice s’abattre sur elle. C’est la double peine pour elle et le statut de femme n’est pas innocent au sort qu’elle subit. Ce qui révolte d’autant plus la fibre féministe qui est en moi.

   Pour finir, je me suis beaucoup attachée à Giulia, jeune femme pleine d’humanité, attendrissante, qui découvre, en reprenant la gestion de l’entreprise familiale tandis que son père est hospitalisé, qu’ils sont ruinés. Son souci des autres femmes qui travaillent dans l’entreprise, sa volonté farouche de trouver une solution pour ne pas voir disparaître tout ce qui fait sa vie, va l’amener à développer une stratégie pour sortir de cette situation. J’ai aimé sa fougue, sa capacité d’écoute, son humilité mais aussi sa force et son intelligence face à la situation. Des trois, c’est elle qui me laisse le souvenir le plus prégnant.

   Ces trois histoires, ces trois destins vont s’emmêler, tresser un fil de vie à travers le monde et se rejoindre. Le tout se lit aisément, l’écriture est belle et fluide. Le récit possède une force indéniable mais je crois que sa brièveté m’a empêché de me sentir vraiment émue et d’y voir un coup de cœur. Ça reste néanmoins une très belle lecture que je vous conseille !

Bonne lecture,

Maêlle

Lecture partagée dans le cadre du Défi lecture 2018 – Catégorie  24 : Un livre dans lequel un personnage est avocat (ou référence à un avocat)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s