Erectus de Xavier Müller

Je laisse la plume à mon papa qui tenait beaucoup à vous parler d’une lecture qu’il a faite récemment. Il m’en a parlé aussi, avec plein de passion dans les yeux et l’envie terrible de me convaincre de lire ce bouquin.

¤¤¤¤¤

   Ce livre est un voyage vers la préhistoire vécu dans le présent. Comment une idée aussi simple et géniale n’a-t-elle pas émergé plus tôt dans la tête des écrivains ? Sûrement parce que l’humanité était persuadée que cela ne pouvait arriver, à l’instar d’Edgar Quinet qui affirmait en 1870 que « la nature ne retourne pas en arrière… » Avec Erectus, l’auteur Xavier Müller, journaliste, écrivain et docteur ès sciences nous montre le contraire, appuyé sur de récentes découvertes datant d’une quinzaine d’années. Il nous emmène dans un voyage fantastique où les hommes et les animaux retournent vers la préhistoire à cause d’un virus inconnu, qui prend très vite des proportions planétaire plaçant tous les gouvernements devant une question vertigineuse : les Homo Erectus sont-ils encore des hommes à considérer comme nos ancêtres ou des bêtes sauvages à éliminer ?

Et soudain l’humanité se mit à régresser. A Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc. Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus. Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population. De quel virus s’agit-il ? Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ? Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.

   Au fil des pages j’ai suivi avec passion Anna Meunier, une scientifique française paléontologue, qui se lance dans une course contre le temps pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.

   L’histoire ne laisse aucun répit et il est difficile de sortir son nez de ce livre. Ce pavé de 430 pages pourrait ce lire d’une traite si vous en avez le temps. Le rythme de l’écriture suit le rythme de l’histoire. Au début les personnages, les lieux et le virus s’installent doucement, l’auteur prend son temps. Les phrases sont étirées, le ton plutôt tranquille et posé. A mesure que l’histoire s’accélère et devient de plus en plus tragique, – car ce n’est pas un livre joyeux -, l’écriture se fait plus nerveuse, plus courte, les dialogues incisifs, ce qui contribue à embarquer davantage encore le lecteur dans la folle aventure que vit Anna Meunier. L’auteur nous montre aussi avec précision les rouages politiques des différentes institutions internationales face à une catastrophe qui touche toute l’humanité. Les réactions des citoyens comme vous et moi, engendrées par la peur du virus et de ces Homo Erectus nous laisse face à une question : Et si cela arrivait, je ferais quoi ?

¤¤¤¤¤

Bonne question…

En espérant que cette petite chronique aura suscité quelques envies de lecture… Pour ma part, je suis très intriguée et bien susceptible de me lancer à mon tour dans l’histoire.

En attendant, lisez-bien !

Maêlle

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s