Goliat de Mehdy Brunet

J’avais repéré Mehdy Brunet dans le catalogue de la maison d’édition Taurnada depuis un certain temps. Aussi, quand ils m’ont proposé de découvrir son roman Goliat j’ai sauté sur l’occasion. Et je dois bien dire que je ne suis pas déçue. L’écriture est de qualité, l’histoire est prenante, l’intrigue soignée, la fin à la hauteur. Je n’ai qu’un seul regret : qu’il ne soit pas plus long !

La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux.
David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe.
Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme…
Et bien plus encore…

L’auteur nous régale d’un huis clos dans un lieu particulièrement angoissant : une plateforme pétrolière perdue dans la mer de Barens, subissant les assauts des tempêtes et totalement isolée du continent. Si le lieu semble exaltant pour une femme qui effectue des recherches scientifiques, à savoir la femme de David Corvin, pour le lecteur, le lieu apparaît assez angoissant. L’auteur restitue parfaitement bien l’ambiance métallique du lieu. Le grincement de la structure, son instabilité légère, le bruit qui règne sur place. Que ça soit la ventilation, les canalisations ou le vent qui abat les trombes d’eau contre les pieds de la super-structure, nous sommes assaillis par le sentiment d’arriver sur un terrain totalement inhospitalier. On craint ce qui va surgir au détour d’un couloir ou derrière une conduite.

En parallèle, nous suivons l’enquête, cette fois-ci sur la terre ferme, de deux agents du FBI, Munny et Diaz. Ils sont à la poursuite d’un tueur qui suit un mode opératoire très particulier dont ils n’arrivent pas à comprendre le sens. Nous sommes en 2015 quand leur enquête commence.

David et sa femme Abigaël arrivent sur la plateforme en 2016. Mais le tout va se rejoindre dans un dénouement qui prend aux tripes.

L’auteur alterne tant les points de vue que les années, nous promenant des uns aux autres au gré du développement de l’histoire. Et elle est rondement menée.

Le cœur de l’intrigue réside sur la plateforme où le corps d’un membre de l’équipe de l’entreprise est retrouvé atrocement mutilé. Tout le monde se tourne vers David, son passif d’ancien agent du FBI semblant faire de lui l’homme approprié à la situation. Il va prendre la situation en main mais dans des conditions inhabituelles. La plateforme pétrolière est isolée du reste du monde, les ravitaillements sont épisodiques, les chances qu’arrivent rapidement des secours inexistants. C’est pourquoi d’ailleurs, elle est censée être parfaitement autonome en tout point. De son côté, David Corvin se sent fragilisé par la nécessité viscérale de protéger sa femme. A qui faire confiance ? Car une chose est certaine, la plateforme n’a pas un accès suffisamment aisée pour permettre à un(e) inconnu(e) de s’y rendre. Dès lors, une certitude s’impose tant au personnage principal qu’aux lecteurs : le tueur est déjà dans la place. C’est ce qui rend l’enquête d’autant plus angoissante , d’autant que l’on ignore vraiment qui cela peut être. On ne connaît pas les autres personnes qui gravitent autour de David Corvin. Nous allons à la rencontre de tout ce petit monde en même temps que ce dernier. Ce qui rend la lecture d’autant plus avide.

L’enquête des agents du FBI va les mener sur les traces d’un tueur en série qui semble relever d’un schéma complexe et dont le mobile est absolument inconnu pour les deux agents. Peu d’éléments, seulement des corps, disséminés, sans lien apparent. Nous les suivons sur une enquête qui va s’avérer assez complexe. Jusqu’à ce qu’ils parviennent enfin à comprendre un élément et que de là, ils déroulent la pelote de laine…

La diversité des personnages et les différents chronologies peuvent vous donner une impression de brouillon tout à fait erronée. Le tout se lit de façon très fluide, l’histoire avance aisément et agréablement à un rythme soutenu. La plume de l’auteur est percutante et vous emmènera dans une histoire oppressante à souhait.

La fin est… Inattendue et terrible. Je ne peux en dire plus si ce n’est que j’ai été très surprise. Je ne m’y attendais pas du tout, même si le prologue qui vous pose un David Corvin avec une terrible gueule de bois nous met sur la piste.

Amateurs et amatrices du style, laissez-vous surprendre par ce roman et cet écrivain qui n’a rien à envier aux grands noms. Ce roman est vraiment prometteur et donne très envie de découvrir les autres ouvrages de l’auteur.

Bonne lecture !

Maêlle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s