Patients de Grand Corps Malade

La nuit est belle, l’air est chaud et les étoiles nous matent,
Pendant qu’on kiffe et qu’on apprécie nos plus belles vacances,
La vie est calme, il faut beau, il es deux heures du mat,
On est quelques sourires à partager notre insouciance.

C’est ce moment-là, hors du temps, que la réalité a choisi,
Pour montrer qu’elle décide et que si elle veut elle nous malmène,
Elle a injecté dans nos joies comme une anesthésie,
Souviens-toi de ces sourires, ce sera plus jamais les mêmes.

Le temps s’est accéléré d’un coup et c’est tout mon futur qui bascule,
Les envies, les projets, les souvenirs, dans ma tête y’a trop de pensées qui se bousculent,
Le choc n’a duré qu’une seconde mais ses ondes ne laissent personne indifférent,
« Votre fils ne marchera plus », voilà ce qu’ils ont dit à mes parents.

   Fabien Marsaud, plus connu sous le nom de Grand Corps Malade est un slameur, compositeur, interprète français. C’est un artiste reconnu, respecté et apprécié. Qui est venu chanter sur scène avec une béquille. Qui a vécu une expérience violente, traumatisante dont il sort un livre en prose plein d’humour, d’autodérision mais aussi plein d’émotions et de tendresse. Une plongée vertigineuse dans un monde que l’on cache, que l’on dissimule et que nous avons du mal à accepter et à intégrer en France : le monde des handicapés. Les « tétras, les trauma« , Fabien Marsaud a bien failli rester de ce côté-là. C’est au prix du deuil de ses espoirs, de ses envies et d’une belle détermination ainsi que d’un accompagnement soutenant qu’il parviendra à échapper à ce destin. Et c’est dans son livre Patients qu’il en parle.

Lire la suite

Publicités

Les chroniques de Macabacia – Livre 1 Chevaliers de la mort

   En lisant le résumé de cet ouvrage (que vous pouvez retrouver ici) j’étais perplexe. Le style était tout à fait à même de me plaire mais je n’avais aucune idée de ce à quoi je pouvais m’attendre. Après ma lecture, je dois avouer que mon ressenti est plutôt positif mais je ne sais pas très bien comment parler de cet ouvrage original dont je dois la découverte aux éditions du Panthéon que je remercie.

Lire la suite