Culottées de Pénélope Bagieu

   J’avais entendu parler de Pénélope Bagieu après la polémique liée au FIBD dont la sélection ne comportait aucune femme. J’ignorais que de cet événement avait découlé de petites bande-dessinées publiées sur Le Monde. Je connaissais donc la dessinatrice mais pas son œuvre. Et puis j’ai regardé un documentaire sur les viols conjugaux. L’équipe d’Envoyé spécial derrière ce documentaire a fait un travail vraiment très soigné, expliquant bien la création de ce crime dans le code pénal, les raisons et en se focalisant sur l’histoire de trois femmes toutes victimes du même homme. Néanmoins, le tournage s’est trouvé stoppé par la salle d’audience. En effet, sauf sur autorisation, dans des cas très encadrés, il est strictement interdit de filmer dans une salle d’audience. Les assises n’y échappent pas. Mais comment parler de viols conjugaux, du combat de ces femmes sans pouvoir retranscrire l’audience et l’ambiance qui y règne, sans parler du courage qu’il faut à ses femmes ? En envoyant Pénélope Bagieu dessiner pour eux le déroulement des débats. Et c’est ainsi que j’ai découvert par écran interposé le travail remarquable de l’auteure. Ses dessins étaient empreints d’empathie, de respect et ils retranscrivaient précisément ce qui avaient pu se dire tout en montrant les émotions qui traversaient les femmes à la barre. Après ça, je me suis dit qu’il était impératif que je lise une œuvre de cette femme. Mon choix s’est porté sur Culottées pour en avoir entendu du bien et pour le sujet que le sous-titre résume très bien : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent.

Lire la suite

Publicités

Mauvais genre de Chloé CRUCHAUDET

   Fauve d’Angoulême 2014, prix du public Cultura, j’avais entendu le plus grand bien de cette bande-dessinée au scénario et aux dessins atypiques. L’histoire, basée sur La garçonne et l’assassin de Fabrice VIRGILI et Danièle VOLDMAN raconte l’étrange vie d’un couple, Louise et Paul durant la première guerre mondiale. Des traits fins, peu de couleurs viennent nous décrire un quotidien qui va dégénérer. Cette lecture est aussi intéressante que bouleversante. J’ai été happée dans ce récit unique et empreint de passion. Une façon originale d’évoquer un pan de la Grande guerre dont les célébrations ont été importantes l’année passée.

image

Lire la suite

Festival international de la bande-dessinée 2015

   Ce soir, se termine le 42ème festival de la bande-dessinée qui se tient chaque année à Angoulême, qui aura été marqué notamment, par la distinction accordée à Charlie Hebdo via la création d’un prix de la liberté d’expression. Il aura été l’occasion également d’une grande mobilisation pour éditer un recueil de dessins faits par plus de 170 auteurs de bandes-dessinées, édité, imprimé pour être mis en vente lors du festival. Les bénéfices seront destinés à être reversés aux familles des victimes des événements qui se sont déroulés en début de mois.

   Grande messe du monde du 9ème art, ce festival est le lieu de rencontres de tous les aficionados de la bulle. Quelque soit votre style, votre auteur préféré, votre envie du moment, il y a de fortes chances que vous trouviez votre bonheur (sauf à ce que celui-ci se trouve auprès de Spirou ou Zarla, puisque les éditions Dupuis n’étaient – toujours – pas présentes cette année…). Des poids lourds comme Soleil, Dargaud, Delcourt, Le Lombard aux « indés » il y a de tout. C’est l’occasion de rencontrer les auteurs lors de séances de dédicaces voir même, de boire un verre avec eux. Allez, je vous raconte « mon » festival !

charlie

Lire la suite