Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton

   Après avoir lu de Manon Fargetton L’héritage des Rois-passeurs puis Aussi libre qu’un rêve, j’ai saisi l’occasion de retrouver sa plume en m’offrant Les illusions de Sav Loar, un roman de fantasy se déroulant dans le même univers que L’héritage des rois passeurs, croisant même l’histoire de ce dernier.

   Bon, j’ai été un peu frustrée au début, ne me rappelant pas de tous les détails de L’héritage des Rois-passeurs mais finalement cela m’est revenu au fil de ma lecture, et il s’avère que ce n’est absolument pas indispensable d’avoir lu le premier pour lire celui-ci et vice-versa. Si les deux œuvres se rejoignent à plusieurs reprises, nous permettant de profiter d’un autre point de vue sur l’histoire, elles demeurent parfaitement indépendantes l’une de l’autre. Je conseillerai néanmoins de les lire dans l’ordre chronologique, soit d’abord L’héritage et ensuite Les illusions.

   J’ai mis beaucoup de temps à terminer cette lecture mais seulement parce que j’ai refusé de l’abandonner alors que j’étais dans ma mauvaise passe (cf mes précédents articles)… J’ai aimé retrouver le style de l’autrice, me replonger dans son univers, dans les arcanes de la magie, et j’ai persévéré jusqu’au bout. Sans regrets, car j’ai beaucoup apprécié ma lecture !

Lire la suite

Tu n’as rien à craindre de moi de Joann Sfar

   Un peu de dessin parmi tous ces romans dont j’ai à vous parler. La bande-dessinée demeure un art que j’apprécie toujours autant ! La première dont je vais vous parler est d’un auteur-dessinateur reconnu, notamment depuis qu’il a publié et réalisé par la suite en film d’animation, Le chat du rabbin. J’ai découvert Joann Sfar davantage par les planches qui ont été diffusées notamment sur le site internet du Huffington Post que par ses premières œuvres. En effet, c’est à l’occasion de son carnet Si Dieu existe ? que sa collaboration a eu lieu avec le journal et c’est par la-même que je découvris ces ouvrages originaux pour lesquels je nourris un attrait indéniable. Ce dernier a la particularité de relater, notamment, ses états d’âme après la perte de ses amis de Charlie Hebdo. En effet, il fut dessinateur pour le journal pendant quelques temps et y noua de sérieuses relations qui trouvèrent une fin abrupte dans les attentats que l’on sait. Pour ma part, je devins l’heureuse propriétaire d’un de ses carnet à savoir celui qui s’intitule Greffier et qui relate le procès des caricatures de Mahomet dont Charlie Hebdo fut la cible. Je m’apprête désormais à vous parler de sa dernière bande-dessinée Tu n’as rien à craindre de moi.

tu-n-as-rien-a-craindre-de-moi

Lire la suite