Laëtitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka

   Livre publié l’été dernier, sur les étagères des librairies lors de la grande messe de la rentrée littéraire, Laëtitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka fait parti de ces livres trop peu mis en avant. Derrière ce prénom, une affaire judiciaire qui a eu des répercussions importantes. Mais ce simple prénom en rouge sur une couverture noire ne rappelle finalement pas grand chose à la majorité des gens dont la mémoire des événements devient friable avec le temps. Certaines affaires judiciaires deviennent médiatiques et cette mise en avant entraîne le politique à venir s’exprimer sur le sujet, parfois sans le recul nécessaire et encore moins l’intelligence que requiert une situation aussi délicate que fut celle des proches de Laëtitia. Mais Ivan Jablonka est historien en plus d’être écrivain. Il se penche sur l’affaire de Pornic avec le regard neuf d’un homme qui sait se pencher sur le passé et en tirer l’essence.

Lire la suite

La déposition de Pascale Robert-Diard

   Entrez dans le secret d’alcôve. Dans le secret de famille qui étouffe. Qui ronge. Qui détruit. Tel un poison qui se propage jusqu’au creux de son être. Suivez Pascale Robert-Diard, journaliste judiciaire pour le journal Le Monde, dans l’atmosphère feutrée de la cour d’assise, en pleine affaire Agnelet. Laissez-vous porter par sa plume légère et fluide pour découvrir l’envers du décor. Devenez vous-même le témoin d’un drame familial qui aura duré 30 ans avant de trouver son issu devant la Justice le 7 avril 2014. Lisez La déposition, celle qui changera tout et notamment le cours de la justice.

la déposition

Lire la suite

Traité sur la tolérance – Voltaire

   Traité : ouvrage didactique où l’on traite d’une manière systématique d’un sujet (selon Larousse). Peut-être l’avez-vous lu à l’époque du lycée ou en avez-vous entendu parler longuement lors des événements tragiques de janvier, toujours est-il qu’il est difficile aujourd’hui d’ignorer l’existence du Traité sur la tolérance de Voltaire. On nous a rabâché les oreilles qu’il « fallait » le lire sans nous dire vraiment pourquoi si ce n’est parce qu’il avait un lien avec l’actualité. Un peu léger quand on voit la quantité d’informations servies pendant ces jours d’hiver.

   Pour ma part, j’étais un peu sceptique. Je ne dis pas que les livres ne peuvent pas traverser le temps, loin de moi cette idée. Mais je me faisais la remarque qu’il était presque inquiétant que nous devions revenir à un traité du XVIIIème siècle pour parler d’un sujet aussi essentiel, central que la tolérance aujourd’hui. Parce que quoiqu’on en dise, la société royaliste (ou impériale) n’était pas vraiment l’image même de la tolérance. Cela voulait donc dire que notre société partait à nouveau dans les mêmes travers. Constat plutôt triste. Ensuite, je me suis demandée pourquoi on ne mettait pas en avant un ouvrage plus récent, convaincue qu’un philosophe, qu’un sociologue ou tout autre personne, a sûrement parlé de la tolérance dans notre société actuelle (Je suis sûr qu’Agustin Trapenard a une petite idée d’auteurs à nous conseiller !). Voltaire n’est pas vraiment un auteur contemporain… Mais visiblement sa parole est restée universelle et ancrée dans une forme de modernité pour peu qu’on le lise sous le bon angle.

   Pour autant, j’ai décidé de passer outre mes quelques réticences et de lire ce fameux traité porté aux nues afin d’avoir ma propre opinion sur ce livre. Et de vous en faire part…

tol

Lire la suite