Le livre du Roi de Arnaldur Indridason

   Je suis dans ma phase nordique. Je viens de terminer la série Occupied, diffusée sur Arte que j’ai trouvée extrêmement bien jouée en plus d’avoir un scénario en béton, qui se déroule en Norvège. De là j’ai fait un saut littéraire jusqu’en Islande pour partir à la découverte de l’auteur Arnaldur Indridason. Il faut savoir varier les plaisirs tant dans les destinations de voyage que dans les auteurs. J’avais déjà croisé son nom au milieu des auteurs suédois (Stieg Larsson par exemple) et norvégien (Jo Nesbo, il est à noter qu’il est producteur de la série Occupied, elle-même basée sur une idée originale… De lui !) sans trop savoir de quelle nationalité il était. J’ai déjà connu le grand froid en lisant les Millénium, l’humidité écossaise avec Peter May, alors je suis partie cette fois sur la verte Islande, aux jours parfois sans fin.

   Ce fut clairement une lecture sympa mais pas marquante. Si l’auteur m’a plu, il ne m’a pas emballé. L’idée qui sous-tend le livre est originale, bien tournée, bien exploitée mais il m’a manqué quelques petites choses. Je ne peux lourdement critiqué un auteur car écrire un livre est un exercice excessivement difficile. J’ai un profond respect pour tous les auteurs. Néanmoins, tous ne me plaisent pas dans les mêmes proportions et j’ai parfois un peu de critiques à formuler. C’est le cas de M. Indridason dont j’ai lu Le livre du Roi.

51yPYEheF9L._SX301_BO1,204,203,200_

Lire la suite

Greffier – Joann SFAR

   Parce que c’est mon métier. Parce que c’est Joann Sfar. Voilà pourquoi je me suis tournée vers ce livre, irrésistiblement attirée. Pour peu que l’on s’intéresse au monde de la bande-dessinée le nom de celui-ci surgit rapidement. Citons notamment Le Chat du rabbin qui a été adapté en film d’animation par ses propres soins. Prolifique, atypique, Joann Sfar est de ceux qui touchent à tout, ne s’arrêtent jamais. Accueilli par Charlie Hebdo, il va s’essayer au dessin de presse mais n’y demeurera pas.

   Pour le procès contre le journal qui l’a accueilli, il va s’essayer au dessin judiciaire sans pour autant être un dessinateur judiciaire (une profession à part entière). C’est ce qu’il dévoile dans Greffier, une illustration du procès des caricatures de Mahomet dont nous avons tant entendu parler. A la fois auteur-dessinateur pour adultes et enfants, Joann Sfar use d’un dessin simple pour illustrer ses propos, ou ceux tenus par d’autres comme dans le cas présent. Détenteur d’une maitrise de philosophie, la qualité des remarques de Joann Sfar est le point fort de ce recueil dont je vais vous parler.

La couverture - La chat, éternel synonyme du greffier...
La couverture – La chat, éternel synonyme du greffier…

Lire la suite