La marquise de Mireille Calmel

   C’est terriblement licencieux, léger, pétulant. Un roman libertin sous la plume rigoureuse d’une auteure de romans historiques, il fallait y penser. J’ai découvert Mireille Calmel il y a maintenant plusieurs années à travers deux romans : Le lit d’Aliénor suivi du Bal des louves, deux succès parus chez XO éditions. Je n’ai pas lu ses autres ouvrages édités par la suite, m’étant tourné vers une autre auteure de romans historiques, à savoir Juliette Benzoni. Toutefois j’ai conservé de ses romans un excellent souvenir. S’attachant aux femmes, trop souvent délaissées dans les récits hérités d’une époque ancienne, elle leur donne une place, un rôle dans l’Histoire. Ses histoires, quoique romancées, n’en demeurent pas moins ancrées dans une période historique rigoureusement détaillée. Mireille Calmel imagine ce que l’on ignore en l’inscrivant dans une réalité historique connue. Je garde la sensation d’une sorte de gravité dans le destin de Dame Aliénor d’Aquitaine, un aspect tragique indéniable qui vous plonge dans les affres d’une vengeance terrible. A l’inverse, on sent à travers La Marquise que l’auteure s’est vraiment amusée. Ce sentiment de joie qui se propage à la lectrice que je suis a quelque chose de… Jouissif !

marquise


Lire la suite

Publicités

Les Aphrodites – Tome 1 : Intrigante Agathe – Emmanuel Murzeau

   Après le thème du genre, passons à une sexualité plus légère avec le tome 1 de la bande-dessinée d’Emmanuel Murzeau, Les Aphrodites – Intrigante Agathe. Je n’ai jamais caché mon affection pour le neuvième art érotique ainsi que j’en ai déjà parlé en évoquant l’œuvre de Erich Von Gotha. Je ne vais pas revenir sur les mérites de la bande-dessinée par rapport aux autres supports, chacun est libre de préférer ce qui lui convient. Mais j’avoue conserver un grand faible pour l’art érotique sous forme de dessins et de bulles pourvu que la vulgarité ne s’allie pas à ces premières. Comme toute bande-dessinée, le fond et la forme se complètent et ont, à mes yeux, la même importance. C’est un tout et l’un ne peut être moins bien que l’autre. Alors quand je jette mon dévolu sur une BD il faut qu’elle réunisse tout ce qui me plaît, d’autant plus quand il s’agit d’érotisme. Et là, j’ai trouvé un petit bijou que je vous invite à découvrir.

Couv_122845

 

Lire la suite

Twenty – Erich Von Götha

   L’éclectisme littéraire est pour moi, une grande richesse. J’aime lire de tout. Presque tout m’intéresse. Il est évident que les lectures me plaisent plus ou moins. Qu’elles restent ancrées en moi plus ou moins longtemps. J’ai mes préférences, mais c’est avec plaisir que je me tourne vers des genres divers et variés. Et pourquoi pas l’érotisme ? J’ai eu l’occasion d’effleurer ce sujet via ma chronique de l’anthologie 69 dont la lecture a eu lieu dans le cadre du challenge de Lune. Ce fut d’ailleurs la lecture d’une de ses chroniques qui suscita en moi l’envie de partir à la découverte de ce recueil dont je garde un agréable souvenir.

   L’érotisme est un style propre, avec ses règles, ses auteurs et ses lecteurs. Là où le roman érotique suscite l’imagination, la bande-dessinée offre un support visuel qui change totalement la donne. A mon sens, l’enjeu pour la bande-dessinée érotique est de réussir à offrir un dessin de qualité associé à un scénario qui l’empêche de sombrer dans la vulgarité sexuelle qui ne suscite chez moi aucun intérêt. C’est un exercice que je trouve plutôt difficile… Difficile pour l’auteur qui se lance dans ce défi, difficile pour le lecteur de trouver son bonheur. Mais certains sortent du lot et méritent qu’on en parle ! Car la littérature c’est tout cela et bien plus encore…

   Milo Manara est largement connu et réputé dans le milieu de la bande-dessinée érotique. « Le déclic » est fameux et ses associations avec des auteurs divers, tel que Hugo Pratt (Corto Maltese pour situer), le rendent particulièrement riche et intéressant. Sans compter que son coup de crayon vaut le détour. J’ai découvert dans la même veine, il y a de cela quelques années, Erich Von Götha. « Dans la même veine » car je trouve le dessin particulièrement beau. Notamment pour « Twenty », que j’ai eu l’occasion de lire dans son intégralité. Et dont je vais plus particulièrement vous parler.

twenty 1-2

Lire la suite

69 – Anthologie SFQ

   J’ai lu plusieurs critiques de ce recueil qui m’intriguait car mélangeant deux thèmes forts : l’érotisme et la science-fiction. Globalement, il est indéniable que j’ai aimé. Ce fut une agréable découverte. J’ai lu au travers de ce recueil des auteurs dont j’ignorais la plume. D’autres que j’avais déjà lu par le passé et aimé. Et que par conséquent, j’ai pris plaisir à retrouver ! Un recueil de 164 pages comportant 12 nouvelles. Le thème SF est parfaitement respecté dans toutes les histoires. Seul Mélanie Fazi est « limite » à mon sens. Ici, la SF permet toutes les envies, toutes les idées qui peuvent avoir trait au sexe et à l’érotisme. Bon, j’avoue avoir un peu cherché le côté érotique dans certaines des histoires… J’ai trouvé que certains auteurs n’étaient pas parvenus à instiller une touche d’érotisme à leur récit. Là où on les sent parfaitement à l’aise dans leur maîtrise de la SF, ils semblent avoir oublié d’intégrer cette dimension. Ce qui ne rend pas l’histoire inintéressante mais seulement quelque peu en dehors de ce que je pouvais être amenée à attendre des histoires présentes dans une telle anthologie. Dans tous les cas, j’ai trouvé que tous avaient fait preuve d’une grande imagination et d’une belle qualité d’écriture. Sans doute, tous de bons auteurs, que j’apprécierai, pour certains, retrouver au détour d’un recueil ou d’une anthologie.

Allez, petit tour d’horizon de toutes les nouvelles !

69

Lire la suite