Le meurtre d’O’Doul Bridge de Florent Marotta

   Je récidive avec la lecture d’un livre de Florent Marotta dans un style radicalement différent de celui à travers lequel je l’ai découvert, à savoir Yzé et le palimpseste. Cette fois-ci l’auteur s’est lancé dans l’écriture d’un polar rythmé et assez court (moins de 200 pages au format numérique). Il s’en dégage un rythme soutenu, une lecture très fluide grâce à une plume égale à elle-même. Si le suspense est pas trop mal maîtrisé, c’est surtout les rebondissements qui font l’intérêt de cette histoire. Le meutre d’O’Doul Bridge va vous envoyer à San-Francisco auprès de French coach. Attaché vos ceintures, ça va aller vite !https://image.jimcdn.com/app/cms/image/transf/none/path/s9fbf515e67c6e0cd/image/ibcc4b962fbba6a10/version/1500106339/image.jpg

Lire la suite

Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez

   Franck Thilliez, maître du suspense français, donne au polar une intensité cruelle. Avec Train d’enfer pour ange rouge, son premier roman édité, Franck Thilliez révèle une plume déjà très prometteuse. Je l’ai découvert en lisant Fractures, roman qui m’a profondément marqué tant par la qualité de l’histoire que celle de l’écriture. Loin des États-Unis et de l’Angleterre, terres de prédilection des thrillers et romans policiers en tout genre, les autres pays peinant à s’imposer. Pourtant Franck Thilliez y parvient, donnant au polar français une certaine réputation. Il n’est certes pas le seul mais il fait parti de ceux qui ont su me convaincre.

   On ressent la « jeunesse » – une forme d’immaturité peut-être – de l’auteur dans son écriture : quelques traits un peu trop accentués ou grossiers. Quelques maladresses qui n’ôtent en rien à ce livre les compliments qui s’imposent. Déroutant, dérangeant, l’auteur vous emmène dans les tréfonds de l’âme humaine et dans l’horreur portée à son apogée. Âmes sensibles s’abstenir.

Thilliez

Lire la suite

En bande organisée de Flore Vasseur

   C’est au gré d’un passage « chez l’oiseau bleu de Twitter » que j’ai vu Céline Bardet (dont j’ai chroniqué Zones sensibles il y a maintenant quelques temps) parler de ce livre. En parler est un faible mot tant elle encourageait vivement à la lecture de cet ouvrage. France Inter cita également ce livre, édité chez Equateurs littérature. Intriguée, j’en ai lu le synopsis. Qui m’a plu mais sans m’emporter pour autant. Toutefois, j’ai décidé de faire confiance au jugement de l’auteur précitée pour la simple et bonne raison que j’avais beaucoup apprécié son livre. Autant le dire immédiatement : je ne regrette absolument pas. Ce livre est un vrai coup de cœur. J’ai adoré. Alors je vais vous en parler et tâcher de vous donner envie de vous plonger dans cette lecture qui est une vraie « claque ».

ebo

Lire la suite