Faux-semblance de Olivier Paquet

   J’ai craqué sur ce recueil de nouvelles lors de ma petite virée aux Utopiales. Je trouve la couverture magnifique quoique le dessin ait un côté désolé. Elle illustre néanmoins très bien la thématique de ce recueil qui tend à vouloir parler de moments charniers lors de catastrophes. Quatre nouvelles qui tracent d’une belle plume des moments parfois difficiles. Je vais tâcher de vous parler de chacune d’elles mais je peux d’ores et déjà vous dire qu’elles ont un point commun : l’écriture d’Olivier Paquet qui est poétique, belle et agréable à lire.

Lire la suite

Angel Wings de Yann & Hugault

   Yann & Hugault récidivent avec leur recette avions et pin-up pour nous livrer la trilogie Angel Wings. J’ai fait ma maligne sur Instagram en expliquant qu’un vendeur de ma librairie favorite était parvenu à me dégoter le coffret avec le tome 3 alors qu’il commençait à ne plus se trouver. Je suis particulièrement fière de mon achat qui trône sur mon étagère bibliothèque (trop petite…) Mais ce dont je ne me suis pas vantée à l’époque c’est que le tome 2 (que j’aurais pu avoir dédicacer par Romain Hugault au FIBD 2016 mais – allez savoir pourquoi – ma mémoire m’a joué des tours et j’ai répondu que c’était inutile, je l’avais déjà… 3615mylife) était manquant. Je n’ai toutefois pas eu à attendre bien longtemps. Noël m’a permis de le trouver au pied du sapin. Imaginez ma joie de les voir tous les trois réunis. C’est alors que je fis ce qui s’imposait : canapé, plaid et lecture. Et maintenant ce qui s’impose c’est que je vous en parle !!

Lire la suite

Formose de Li-Chin Lin

   C’est lors du dernier festival de bande-dessinées « BD en chinonais » que nous, plus particulièrement mes parents, ont rencontré Li-Chin Lin, dessinatrice prête à dédicacer son ouvrage Formose. Ceux sont de petits festivals comme celui-ci qui se révèlent plein de bonnes surprises. J’y avais rencontré Will Argunas dont l’ouvrage m’avait convaincu par son originalité. Voilà donc une jeune femme née à Taïwan, qui vit aujourd’hui en France où elle a poursuivi ses études après son départ de Taïpei et notamment à Angoulême au sein de l’École Supérieure de l’Image. Son livre a été récompensé par les lycéens d’Île de France et va se révéler être une véritable découverte dont il est important de vous parler.

   Que connaissez-vous de Taïwan ? Sincèrement ? Hormis l’étiquette de votre pull, votre smartphone, ou encore des jouets – dont la période actuelle est propice à leur apogée – susceptibles d’arborer un Made in Taïwan, que savez-vous de cette île ? Pour ma part, hormis ceci et un très vague souvenir de cours d’histoire-géographie au lycée durant lesquels ont été rapidement évoquées les difficultés relationnelles entre Taïwan et la Chine, j’avoue que je ne connaissais rien à ce pays. Et je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur l’histoire de celui-ci. C’est donc avec un mélange de curiosité et d’appréhension que je commençais la lecture de Formose.

   Curiosité car je suis toujours avide d’apprendre sur tous les sujets. Appréhension parce que je crains les récits autobiographiques, un des genres littéraires avec lequel j’ai le plus grand mal. Bien que ça soit une bande-dessinées, celle-ci affiche quand même la bagatelle d’environ 250 pages. Avec le recul, je peux dire que j’ai bien fait de laisser la curiosité l’emporter sur l’appréhension car ce fut une découverte très instructive.

Formose Lire la suite

Objet Littéraire Non Identifié

   Voilà qu’à mon anniversaire, un ami m’offre Le Passage de la Nuit d’ Haruki Murakami. Auteur totalement inconnu chez moi mais pas dans le monde de toute évidence, j’étais curieuse de le découvrir. Ayant des lectures très hétéroclites, je lis de tout et je trouve que c’est une vraie richesse. On apprend à apprécier tous les genres (plus ou moins). Alors me voilà à lire cet auteur japonais qui n’en est pas à son coup d’essai. Trois jours plus tard, je refermais le livre, empreint d’une certaine admiration pour cet écrivain, capable d’écrire sur trois fois rien, un récit étonnant et captivant. C’est d’ailleurs toute sa force. Mes premières impressions seraient : douceur et réalisme. Profondeur cachée derrière une superficialité apparente. Je m’explique…

   Le récit se déroule une nuit à Tokyo. Tout commence quelques minutes avant minuit et se termine quelques minutes après sept heures. C’est le genre de livre qui ne se résume pas facilement parce qu’on a l’impression que les personnages évoluent en dehors d’une trame écrite, logique, avec un cheminement, un but déterminé. Haruki Murakami dresse plutôt une galerie de personnages qui évoluent, gravitent les uns autour des autres, qui interagissent ensemble. En même temps, il intervient, en tant qu’auteur, dans le récit en nous parlant à nous lecteur. Et il intègre une forme de surréalisme bizarre dans certains passages. Dur de suivre ? Je vais tâcher d’être le plus clair possible mais c’est carrément pas évident.

Lire la suite