Encore un défi…

Bon. D’abord, c’est de la faute à Netflix. Oui. Toutafé. Aucune mauvaise foi là-dedans. Ils ont réalisé une excellente série de fantasy : The Witcher. Tirée d’une série littéraire, en français Le sorceleur, que j’ai désormais très très envie de découvrir – vous avez vu ces magnifiques couvertures ?

Je m’épanche sur ce sujet sur Twitter et voilà que Lune me tombe dessus, telle une licorne innocente descendue de son arc-en-ciel et qui me dit que l’auteur est polonais (ce que j’avais découvert en me renseignant sur la série) et que bah dis donc, oh bah là vraiment, quelle coïncidence, ça irait super bien dans son tout nouveau défi Minus et Cortex SFFF takes over the world. Ai-je besoin de préciser que lors d’un précédent sondage j’avais dit que ce genre de défi m’intéresserait ? Bref.

Suite à une convergence cosmique, je me vois obligée de participer à ce défi. Comment faire autrement quand tous les astres s’alignent et que la magie se répand pour me faire rencontrer UN livre qui colle parfaitement avec UN défi. Au risque sinon de contrarier la destinée et donc de mettre un bazar pas possible dans le chaos. Bazar – pour rester polie – qui retomberait sur tout le monde. Je ne souhaite pas être responsable de tant de désastres, aussi je m’incline devant ces forces supérieures. Rien que ça.

Ce challenge a plusieurs avantages. D’abord, il dure un an. Donc je m’inscris au niveau Minus qui consiste à lire 4 ouvrages, parce que bon, même si j’ai des envies boulimiques de lectures SFFF on ne sait jamais ce que l’année me réserve. Ensuite, il est cumulable avec d’autres défis, donc je sens que je vais tenter des combos Projet Maki/Minus et Cortex.

Mon année sera donc SFFF accompagnée de Maki Catta, de souris et de plein de blogueurs.euses dans une joyeuse ambiance. Chouette !

Et vous alors, tenté ?

Maêlle

 

Celui qui venait du froid de Jean-Michel Calvez

   Il aura fallu le challenge Maki pour que je lise une nouvelle gagnée lors d’un précédent challenge organisé par… Un papillon dans la lune. Non mais à part ça, mes étagères emplies de livres ne me posent aucun souci et je n’oublie aucun ouvrage. Voyons. Quelle idée…

   Pour le coup, elles n’ont rien à voir avec cet oublié puisque la nouvelle de Jean-Michel Calvez intitulée Celui qui venait du froid, était conservée sur ma liseuse. Depuis quelques mois maintenant, je m’astreins à acheter beaucoup moins de livres et à piocher davantage dans ce que je possède déjà. Et ce pour éviter le désagrément d’avoir acquis un livre qui me faisait envie, et dont l’attrait au fil du temps s’est étiolé. Le challenge Maki a ça de bien qu’il va me permettre de dézinguer pas mal de livres en attente. Et aujourd’hui je suis beaucoup plus radicale : ça me plaît je lis, ça ne me plaît pas, j'(aban)donne.

   Après cette introduction complètement hors sujet avec ce qui nous intéresse, revenons à la nouvelle de Jean-Michel Calvez. La nouvelle est un exercice exigeant pour un auteur puisqu’il faut réussir à passionner son lectorat en faisant court.

Celui qui venait du froid - Jean-Michel Calvez - Babelio

Lire la suite