Tag PKJ du lecteur

Vu chez Kiriiti’s Blog, ce tag que vous pouvez retrouver sur le site des éditions Pocket Jeunesse m’a paru sympa à faire, alors je me lance. Une reprise en douceur sur le blog après une période fatiguante qui m’a laissé peu de temps pour écrire…

1) Quel est votre premier souvenir de lecture ?
J’ai eu la chance d’avoir des parents qui me lisaient des histoires le soir… Alors mon premier souvenir reste un livre sur Les indiens d’Amérique, un peuple qui m’a toujours beaucoup intrigué. Le livre était magnifiquement illustré. Mon papa me l’a lu et après je l’ai beaucoup, beaucoup, feuilleté/relu.

2) Quel est le plus vieux livre de votre bibliothèque ?
Je suis partie de l’idée du livre le plus ancien en terme d’âge et non pas en terme de temps de possession. Sans hésiter, deux livres de Frédéric Dard, deux San Antonio, dont Les souris ont la peau tendre. Une édition qui doit dater de 1975, ça sent le vieux papier qui a jauni, a été tâché mais j’y suis attachée. Acquis lors d’une braderie Emmaüs en l’occurence (quelle mémoire n’est-ce pas !).

3) Avez-vous un genre de prédilection ? Si oui, quelle est votre dernière lecture du genre ?
Mes envies varient en fonction de mon humeur, la saison… Je dirai plus qu’il y a un style avec lequel j’ai beaucoup de mal, à savoir l’autobiographie, le livre testament politique, je passe mon chemin. Après, je lis de la romance (à petite dose), de la fantasy, du fantastique et du policier (à plus haute dose !)

4) Avez-vous un auteur favori ? Si oui, quel est votre livre préféré de cet auteur ?
Aaaah, quelle question difficile !! Je suis tombée littérairement amoureuse de Erri de Luca. Sa plume poétique est un refuge, à travers sa vie, ses histoires personnelles, il dépeint tout un monde. Il mêle souvent une touche de fantastique dans ses récits. Bref, je crois que je peux dire qu’il est mon auteur favori. De lui, me reste en tête vraiment, Histoire d’Irène. Je garde encore le goût du sel sur les lèvres et la sensation de chaleur du rocher sur lequel notre protagoniste s’étend…

5) Quel est votre dernier achat livresque ?
Euh. Houlà. Alors avec la trêve de Noël et le projet d’attaquer ma PàL à bras le corps, j’arrive à me tenir et à ne pas acheter de livres (un craquage devrait intervenir incessament sous peu en raison de lectures laborieuses…). Je pense donc que mes derniers achats remontent à la dernière Grande Op de Bragelonne durant laquelle j’ai acquis plusieurs livres (impossible de dire quel fut le dernier ajouté !) : la trilogie des pirates de l’escroc-griffe, les deux premiers tomes de l’épée de vérité de Terry Goodkind, Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton.

6) Quel est le dernier livre qu’on vous a conseillé ?
Via le défi lecture 2018 et un groupe Facebook Accro aux livres, je croule sous les conseils !! Je crois que le dernier qui me reste en tête c’est « Tu as promis que tu vivrais pour moi » de Carene Ponte, que j’envisage de lire.

7) Quel est le dernier livre que vous avez conseillé ?
San Antonio, Les souris ont la peau tendre à ma soeur qui avait envie d’une lecture facile et agréable. C’est tellement ciselé ce qu’il écrit… Je suis une adepte de Frédéric Dard (héritage parental !).

8) Quelle est votre lecture en cours ?
L’anneau de Moebius de Franck Thilliez dans lequel je ne parviens pas à rentrer malgré déjà 220 pages lues. Je m’ennuie. Je vais le terminer pour ne pas rester sur les bras avec à nouveau un livre entamé et parce que j’ai l’espoir que cela s’améliore. Je lis également, dans un tout autre style, Notre-Dame-aux-écailles de Mélanie Fazi, un recueil de nouvelles qui s’annonce doux et poétique.

9) Quel est le livre de votre PAL qui vous fait le plus envie ?
Architective : Les reliques perdues de Mel Andoryss, parce que j’ai envie d’un livre jeunesse sans prise de tête, facile à lire… Le résultat de lecture dernièrement laborieuses. Mais ça peut changer en cours de route. Les illusions de Sav Loar de Manon Fargetton me tente aussi beaucoup.

10) Citer un livre que vous avez relu.
Je ne relis quasiment jamais mes livres (trop d’envies de lecture). Mais la seule série qui échappe à ce principe et dont je suis en train de reprendre la lecture c’est Harry Potter. A série exceptionnelle, traitement exceptionnel !

Je reste assez écléctique dans mes réponses, je crois que j’ai toujours autant d’attachement à tous les styles pourvu que je prenne du plaisir à lire ! Et vous, que lisez-vous ? Qu’aimez-vous ? Et que me conseillerez-vous ?

Maêlle

Publicités

Fugitives – Alice Munro

Je termine le challenge de Lune (JLNN pour ceux qui commenceraient par la fin…) par un recueil de nouvelles d’une auteur dont nous avons beaucoup entendu parler, et pour cause, elle a reçu le prix nobel de littérature. Pour ceux qui vivraient sur une autre planète, je précise qu’elle est la première auteure de nouvelles (principalement, elle a un roman à son actif) distinguée par ce prestigieux prix. Certains y ont vu une reconnaissance globale du « style » qu’est la nouvelle. Une nouvelle n’est pas un « mini-roman » ou un roman inachevé. La nouvelle est un genre à part entière dans lequel certains excellent et d’autres échouent au même titre que dans le genre romanesque. Peut-être parce que je me suis essayée dans le domaine de l’écriture, que je suis particulièrement sensible à ce style dans lequel il s’avère que je me sens bien, alors que j’ai commencé avec l’ambition d’écrire plutôt un roman… Là où le roman peut prendre son temps, développer personnages, paysages, ressentis, émotions, la nouvelle doit condenser, aller à l’essentiel, trouver le mot juste pour parler immédiatement au lecteur. On n’a pas le temps de s’étaler. La nouvelle va droit à l’essentiel. Et ce dernier varie d’une histoire à une autre : tantôt ce sera un personnage à découvrir, tantôt une émotion, parfois une histoire singulière. La nouvelle se concentre sur quelque chose en particulier. À sa manière, elle développe de manière intense, une chose bien précise définie par l’auteur. Et il ne faut pas perdre le fil de sa pensée, se laisser distraire par l’envie qui consiste à expliciter certaines choses, à en rajouter. Non. La nouvelle c’est aussi l’art de suggérer pour l’auteur et l’art de deviner pour le lecteur. Il est évident qu’Alice Munro est douée dans ce domaine. Indéniablement, j’adhère à la récompense qui lui a été décernée, elle la mérite, elle, mais aussi le genre tout entier qui est derrière. Pour autant, sur un recueil long de 382 pages, comportant 8 nouvelles, Alice Munro n’a pas souvent su me faire vibrer, me faire ressentir ce que j’espérais : des émotions intenses. Mais je vous invite à en parler un peu plus…

Lire la suite