La route d’Ohama de Robert Ludlum

   J’ai découvert la plume de Robert Ludlum – écrivain dont l’œuvre est à l’origine de la trilogie Bourne – à travers son roman Le manuscrit Chancellor dans lequel j’apprenais l’histoire du directeur du FBI, John Edgar Hoover, resté à son poste un nombre suffisant d’années pour devenir une véritable menace à l’égard du pouvoir établi. Par la suite, je me suis régalée devant le (magnifique) film de Clint Eastwood, J. Edgar, dans lequel le directeur du FBI est interprété de bout en bout (entendez par là, de sa prime jeunesse à ses derniers jours) par un Di Caprio qui crève l’écran. Mais je n’aurai sans doute pas appris autant de choses sur cet homme sans avoir lu précédemment Ludlum. Alors quand j’ai eu l’occasion de « tomber » sur La route d’Omaha, du même auteur, je n’ai pas trop hésité à le prendre. Je m’attendais aux mêmes ingrédients que précédemment, thriller, suspense haletant… J’ai finalement lu un pavé (plus de 600 pages en version poche…) où le burlesque le dispute à l’humour, où les événements s’enchaînent à un rythme effréné mais toujours avec une pointe d’humour. En somme, une facette très différente de ce que j’ai pu lire auparavant. J’ai également découvert que ce livre s’inscrivait dans une série mettant à chaque fois en scène le même personnage, à savoir le général Mac Kenzie.

Lire la suite

Nouvelle année

   La nouvelle année, c’est traditionnellement le moment où l’on peut faire quelques bilans notamment de lecture. Je vous le dis tout de suite : je n’aurais pas le courage d’AcrÖ pour faire un article aussi détaillé sur mes lectures ! L’essentiel est que j’ai pris plaisir, tant à lire qu’à rédiger mes chroniques.

   Ce blog est ma deuxième mémoire, celle infaillible dès lors que je prends la peine de le renseigner ! Il s’avère que ma page « Bibliothèque » n’est plus du tout à jour et ce d’autant que j’ai revu une amie qui m’a gentiment prêté de nouveaux livres… Je prendrai le temps de tout mettre à jour, profitant notamment d’un déménagement pour cela.

   Je peux toutefois vous présenter quelques petits nouveaux arrivés à l’occasion des fêtes de fin d’année ! Dent d’ours me tentait depuis longtemps, je sais déjà qu’elle va me plaire et qu’il va me falloir acquérir le tome 2. J’ai vu récemment qu’un nouveau Lady S était sorti mais je n’ai déjà pas lu le précédent et pour cause : j’ai perdu un fil de l’histoire… Il faut que je prenne le temps de remonter de quelques tomes pour retrouver une explication qui me manque. C’est dommage qu’un récapitulatif n’ait pas été imaginé soit par l’auteur, soit par l’éditeur pour permettre aux lecteurs de reprendre plus aisément leur lecture. En effet, la durée entre les tomes rend le suivi pas toujours évident et contrairement à des séries comme Largo Winch dont les tomes fonctionnent par 2, Lady S se poursuit d’un tome à l’autre. Bref, je suis un peu larguée et vais y remédier. J’ai repéré Cher pays de notre enfance depuis maintenant un petit moment et vais sûrement envisager un craquage mais attendrais pour cela, peut-être, le FIBD d’Angoulême qui se tiendra du 28 au 31 janvier 2016.

   Mon amie Lintje m’aide dans ma lubie qui consiste à lire tous les livres d’Erri de Luca en m’offrant Le tort du soldat qu’il me tarde de découvrir. Ce que j’aime avec cet auteur c’est que je ne sais jamais à quoi m’attendre.

   Ceux sont mon frère et ma sœur qui m’offrent l’intégrale Le peuple des rennes de Robin Hobb que j’avais repéré avec ma sœur (qui lit énormément aussi). J’avais réussi à réprimer mon envie de l’acheter alors ils me l’ont offert, c’est trop mignon !

P1020573

   Et puis un petit cadeau de moi à moi… Un joli marque-page qui m’a tapé dans l’œil. Un jour j’essaierai de faire un article sur tous les marque-pages que j’ai fabriqués. J’en ai un en cours de route d’ailleurs. Je n’en ai gardé aucun, je les ai tous offerts pour mon plus grand plaisir. Chacun est unique et j’essaie qu’il reflète les lectures ou la personnalité de la personne qui l’aura en guise de cadeau. La calligraphie, mon autre petit plaisir à côté de la lecture mais que je pratique moins depuis quelques temps. J’espère que 2016 sera l’occasion d’en refaire…

P1020574

Je vous souhaite à tous une excellente lecture et un bon début d’année !

Maêlle

Le livre du Roi de Arnaldur Indridason

   Je suis dans ma phase nordique. Je viens de terminer la série Occupied, diffusée sur Arte que j’ai trouvée extrêmement bien jouée en plus d’avoir un scénario en béton, qui se déroule en Norvège. De là j’ai fait un saut littéraire jusqu’en Islande pour partir à la découverte de l’auteur Arnaldur Indridason. Il faut savoir varier les plaisirs tant dans les destinations de voyage que dans les auteurs. J’avais déjà croisé son nom au milieu des auteurs suédois (Stieg Larsson par exemple) et norvégien (Jo Nesbo, il est à noter qu’il est producteur de la série Occupied, elle-même basée sur une idée originale… De lui !) sans trop savoir de quelle nationalité il était. J’ai déjà connu le grand froid en lisant les Millénium, l’humidité écossaise avec Peter May, alors je suis partie cette fois sur la verte Islande, aux jours parfois sans fin.

   Ce fut clairement une lecture sympa mais pas marquante. Si l’auteur m’a plu, il ne m’a pas emballé. L’idée qui sous-tend le livre est originale, bien tournée, bien exploitée mais il m’a manqué quelques petites choses. Je ne peux lourdement critiqué un auteur car écrire un livre est un exercice excessivement difficile. J’ai un profond respect pour tous les auteurs. Néanmoins, tous ne me plaisent pas dans les mêmes proportions et j’ai parfois un peu de critiques à formuler. C’est le cas de M. Indridason dont j’ai lu Le livre du Roi.

51yPYEheF9L._SX301_BO1,204,203,200_

Lire la suite

Narcisse et ses avatars – Yves Michaud

   Je continue mes lectures éclectiques, je suis les conseils et me retrouve ainsi à lire de tout. Ce qui évidemment amène à des lectures plus ou moins appréciées. Yves Michaud est un philosophe qui a enseigné dans de nombreuses universités à travers le monde entier et auteur de plusieurs livres. La dernière fois que je me penchais sur un livre traitant de notre société, de notre génération, ce fut Petit Poucette de Michel Serres. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec Yves Michaud. Une philosophie est en quelque sorte une vision du monde expliquée par celui qui la porte et à laquelle on adhère dans sa globalité ou partiellement. Ou encore pas du tout. La vision de Michel Serres m’avait emballé de par son aspect bienveillant et optimiste malgré les difficultés. Un ressenti que je n’ai pas eu avec Yves Michaud qui propose de parler de notre société et des mutations qu’elle subit à travers un abécédaire. 26 lettres soit 26 mots qui définiraient ou reflèteraient notre société actuelle. Un pari risqué – on pouvait craindre le côté réducteur d’un tel choix – et audacieux – réussir à trouver les mots justes – qui a suscité mon intérêt. Une fois ma lecture terminée, je suis restée perplexe quant à ce que cette lecture avait suscité. Quelques jours après, l’ambivalence perdure mais je vais tâcher de vous expliquer en quoi ce livre a pu me plaire par certains aspects et sur d’autres m’a tout simplement déplu.

abcd Lire la suite

Tom, petit Tom tout petit homme, Tom – Barbara Constantine

   Après une lecture assez éprouvante d’Au revoir là-haut, j’ai décidé d’opter pour une lecture détente. Du genre que l’on peut traîner sur la plage, dans le jardin, en bord de piscine sans trop de scrupules. Qui se lit simplement, rapidement, qui ne malmène pas notre rythme cardiaque avec un suspens infernal, qui ne traîne pas non plus en longueur. Bref, du genre tranquille. Tout simplement. Pour vider la tête et s’aérer les neurones. Ça fait du bien du temps en temps. Et c’est exactement ce que m’a fait le livre de Barbara Constantine, Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom. Je l’avais déjà croisé une fois en librairie, son titre et sa couverture bien verte avait suscité une curiosité que le résumé avait maintenu. Mais ce n’était visiblement pas le bon moment car je ne l’ai acquis que récemment. Sur un coup de tête. Et le lendemain de l’achat il était lu. Une petite critique pour une lecture tranquille…

Lire la suite

Adaptation éléphantesque !

Après avoir fait une critique élogieuse du livre « De l’eau pour les éléphants », à laquelle Lintje a adhéré après lecture, il semble logique d’être allé le voir au cinéma. Nous voilà donc, magicienne et gnomette accompagnées par de beaux chevaliers servants, devant l’adaptation cinématographique du livre. C’est Francis Lawrence qui se lance dans la réalisation du film. Au casting dans les rôles principaux, nous retrouvons Chrisoph Waltz, Reese Witherspoon et Robert Pattinson, respectivement, August, Marlène et Jacob Jankowski.

Lire la suite