Lectures à l’heure d’été

   Aaah. Je soupire d’aise et de bonheur. Joie, voilà l’été qui s’est installé. Je suis une accro – qui s’assume – de la chaleur estivale, du bruit des cigales, des soirées en terrasse qui s’éternisent, des pieds à l’air… Bref, de tous ces petits plaisirs simples qui jalonnent l’été. Cette saison rime aussi avec vacances, les premières pour nous avec la petite sorcière. Bon, elles ne sont pas pour tout de suite mais j’ai déjà commencé ma cure de soleil les doigts de pieds en éventail. J’aime l’été.

L’été, c’est aussi la période des lectures choisies soigneusement, anticipées même parfois. AcrÖ, vile tentatrice, se lance dans le challenge du pavé de l’été, auquel j’ai décidé de me joindre également. J’espère faire mieux que la dernière fois que je m’y suis inscrite, j’avais lamentablement échoué puisque je n’avais même pas touché la couverture du livre envisagé ! Cette année, je jette mon dévolu sur un pavé qui traîne sur mes étagères depuis bien (trop) longtemps : 22/11/63 de Stephen King qui affiche 1034 pages au compteur.

Hop, on retrouve l’organisation du challenge par-ici !

J’ai en projet également de me lancer dans une série – non même deux en fin de compte : tout d’abord Les chroniques de San Francisco de Armistead Maupin. C’est à l’occasion de l’adaptation par Netflix que j’ai entendue parler de ces livres. Cela me paraît « feel-good« , c’est coloré, ça me semble parfait pour l’été. J’aimerai également relire la trilogie A la croisée des mondes de Philip Pullman. En effet, on m’a offert le premier tome de sa nouvelle trilogie de la Poussière. Celle-ci ayant un lien direct avec la précédente, j’aimerai la relire intégralement pour me la remettre en tête. D’autant qu’il me semble que je n’ai jamais lu le tome 3…

   Je vais essayer de me tenir à ces projets de lecture mais je sais que les tentations seront grandes…

Bonne lecture à vous & bel été ! N’hésitez pas à partager votre programme de lecture pour l’été !

Maêlle

Mélusine – Tome 8 – Halloween de François Gilson et Clarke

   Maêlle s’installe sur sa chaise de bureau, ôte son chapeau qu’elle dépose près d’elle, sort sa plume, un parchemin et l’indispensable écran. Elle ouvre précautionneusement sa petite bouteille d’encre magique et entreprend de rédiger une petite missive à ses amis du challenge de Lou & Hilde.

   En cette journée d’échange autour de la bande-dessinée, j’ai décidé de découvrir la série Mélusine. Dépitée de ne pas trouver le tome 1, je suis néanmoins tombée sur le tome 8 et me suis dit qu’à mon avis, commencer au premier tome ou au huitième, ne devrait pas trop perturber ma compréhension du récit. Effectivement, ça n’a rien perturbé du tout mais ça ne m’a pas beaucoup emballé non plus…

Lire la suite

Retard et sac de randonnée

   Voilà que mon sac m’a fait défaut durant la randonnée, ce qui fait que j’ai pris un sacré retard. Enfin, après d’âpres négociations avec une sorcière, j’ai réussi à obtenir un nouveau sac pour poursuivre ma route avec Hilde, Lou, AcrÖ et les nombreux autres participants à cette randonnée de l’effroi. J’en ai profité pour nous fournir une table pour les esprits afin de nous faire une petite soirée pleine de frayeurs…

   Petit tour chez celui qui a toujours des idées de génie pour ce petit sac (qui s’illumine, je vous montrerai ça à l’occasion !) repéré préalablement. Il sera parfait pour aller chaparder quelques livres d’horreur à la médiathèque car ils me font défaut. Au passage, quelques décorations ont rejoint celles déjà en ma possession. Je ferai des post par-ci, par-là pour montrer le décor qui s’installe.

Sac

Et une petit commande qui m’a été passée : une table de « oui-ja » (la planche m’a été fournie, on m’a demandé seulement l’écriture !)

oui-ja 1

Bon dimanche à tous !!

Le rêve du prunellier – Rozenn Illiano

   Voilà la chronique qui suit l’arrivée du cadeau reçu après avoir terminé le challenge de Lune ainsi que je vous l’annonçais il y a peu. Un recueil comprenant huit nouvelles toutes profondément ancrées dans le monde de la fantasy. Premier livre que je lis édité sous le format de l’auto-édition, je l’ai découvert au gré des balades chez Livrement et à nouveau lors du challenge de Lune. « Le Rêve du Prunellier » m’a fait passer un moment de lecture fort agréable. Comme dans beaucoup de recueil, toutes les nouvelles ne m’ont pas plu mais la majorité ont su m’emporter vers quelque chose de sympa. L’auteur possède un thème récurrent l’hiver, qui s’accompagne des ombres, de la nuit plus que du jour. Les flocons de neige sont comme un fil rouge pour Rozenn qui trouve toujours un moment du récit où les faire tomber. Certaines nouvelles totalement atypiques par rapport aux autres, offrent un effet de contraste plutôt agréable, qui casse les thèmes utilisés par l’auteur, qui peuvent apparaître pour certains comme redondants. La plume est légère, simple, les pages se tournent vite, le monde nous happe rapidement. Je déplore seulement l’absence totale de traduction des mots anglais. Alors autant certains ne le nécessitaient pas (Snow, Frost…) autant j’avoue que Blackthorn j’ai dû aller le chercher faute d’en faire un usage courant… Rozenn, tu devrais avoir pitié des piètres anglophones que nous pouvons être !!!! C’est vraiment un détail, on peut tous faire l’effort de regarder dans le dictionnaire… Même si au chaud, sous la couette, à lire une histoire où ça parle d’ombres et de neige, et bin on n’a pas forcément très très envie de chercher… Oui, oui un petit peu de fainéantise. Et un petit tour des nouvelles de ce recueil.

rêve prunellier

Lire la suite

Surprise !!

La clé pénètre dans la serrure de la boîte aux lettres. Je me hisse sur la pointe des pieds (être une gnomette n’est pas toujours facile…) pour voir ce qu’elle contient et voilà que mes yeux découvrent un paquet. Une enveloppe épaisse, blanche que je saisis. Son côté « moelleux » laisse à penser que du papier bulle protège ce qu’il y a dedans. Je suis encore plus intriguée quand je constate que je ne reconnais pas l’écriture qui a rédigé mon adresse. Lorsque je retourne l’enveloppe je vois un petit autocollant… Je commence à comprendre que je tiens entre mes mains mon cadeau du JLLN !!!! Autant dire que le peu de trajet qu’il me reste jusqu’à mon appartement est fait à vitesse grand V et je m’empresse d’ouvrir ce courrier. Et là, quand je le tiens entre mes mains, la joie m’envahit !!! Il était mon premier choix sur la (longue) liste de Lune. Alors autant dire que je suis super contente ! J’ai lu plusieurs critiques plutôt élogieuses concernant ce recueil lors du challenge. Vous en trouverez quelques unes par-ci, par-la. C’est ce qui m’avait donné envie de le lire…

Ma belle dédicace !
Ma belle dédicace !
Rêve du prunellier2
Oui j’ai réussi à le terminer !!! Et je suis trop fière de ma récompense !!!!!

Je tiens donc à chaleureusement remercier Lune pour l’organisation de son challenge et pour les cadeaux proposés. Merci, bien évidemment à Rozenn d’avoir proposé son œuvre en guise de récompense. Je suis ravie, absolument ravie et vais m’empresser de me lancer dans sa lecture.

Merci !!!

Twenty – Erich Von Götha

   L’éclectisme littéraire est pour moi, une grande richesse. J’aime lire de tout. Presque tout m’intéresse. Il est évident que les lectures me plaisent plus ou moins. Qu’elles restent ancrées en moi plus ou moins longtemps. J’ai mes préférences, mais c’est avec plaisir que je me tourne vers des genres divers et variés. Et pourquoi pas l’érotisme ? J’ai eu l’occasion d’effleurer ce sujet via ma chronique de l’anthologie 69 dont la lecture a eu lieu dans le cadre du challenge de Lune. Ce fut d’ailleurs la lecture d’une de ses chroniques qui suscita en moi l’envie de partir à la découverte de ce recueil dont je garde un agréable souvenir.

   L’érotisme est un style propre, avec ses règles, ses auteurs et ses lecteurs. Là où le roman érotique suscite l’imagination, la bande-dessinée offre un support visuel qui change totalement la donne. A mon sens, l’enjeu pour la bande-dessinée érotique est de réussir à offrir un dessin de qualité associé à un scénario qui l’empêche de sombrer dans la vulgarité sexuelle qui ne suscite chez moi aucun intérêt. C’est un exercice que je trouve plutôt difficile… Difficile pour l’auteur qui se lance dans ce défi, difficile pour le lecteur de trouver son bonheur. Mais certains sortent du lot et méritent qu’on en parle ! Car la littérature c’est tout cela et bien plus encore…

   Milo Manara est largement connu et réputé dans le milieu de la bande-dessinée érotique. « Le déclic » est fameux et ses associations avec des auteurs divers, tel que Hugo Pratt (Corto Maltese pour situer), le rendent particulièrement riche et intéressant. Sans compter que son coup de crayon vaut le détour. J’ai découvert dans la même veine, il y a de cela quelques années, Erich Von Götha. « Dans la même veine » car je trouve le dessin particulièrement beau. Notamment pour « Twenty », que j’ai eu l’occasion de lire dans son intégralité. Et dont je vais plus particulièrement vous parler.

twenty 1-2

Lire la suite