Lésions intimes de Christophe Royer

   Merci aux éditions Taurnada pour la découverte du roman Lésions intimes de Christophe Royer, ce fut une bonne découverte ! J’ai apprécié les différents personnages de ce polar sombre et glauque à souhait. Si certaines choses m’ont paru prévisibles, pour le reste j’ai été bien emmenée dans cette enquête rythmée et maîtrisée.

Lire la suite

Les voix du crépuscule de Lisa Unger

    Sept ans. C’est le temps qu’il m’aura fallu pour sortir Les voix du crépuscule de Lisa Unger de mes étagères. Offert par des amies qui me sont proches, grandes lectrices toutes deux également, je n’étais pas encore parvenue à rentrer dans ma lecture. J’avais essayé à plusieurs reprises de me plonger dedans, en vain. Je n’accrochais pas aux premières pages et faisais le choix de le poser pour tenter ultérieurement. A force de repousser, cela a fini par se compter en années. Mais l’important c’est que j’y suis finalement parvenue et que j’ai rapidement dévoré les pages.

Lire la suite

Le crime d’Halloween d’Agatha Christie

   Dans le cadre du Défi Lecture 2018 il y avait une catégorie qui proposait de lire un livre d’Agatha Christie ou Mary Higgins Clark. J’ai opté pour la première, l’une des premières autrices que j’ai lue plus jeune, grâce à ma maman, grande fan de l’éminent Poirot. J’ai bien tenté de lire un récit avec Miss Marple mais à l’époque, rien n’y a fait, je n’avais d’yeux que pour les histoires mettant en scène le grand détective Hercule Poirot. Alors j’ai eu envie de me plonger dans l’un des livres non lus, avec un petit goût d’enfance…

Lire la suite

Mauvais genre d’Isabelle Villain

   C’est grâce à la maison d’édition Taurnada que j’ai découvert ce roman et je les remercie de la confiance qu’ils me témoignent.

   Mauvais genre est un policier plutôt efficace servie par la plume agréable de l’autrice Isabelle Villain. L’histoire bien menée est maîtrisée par l’autrice qui nous maintient en haleine jusqu’au dénouement final. Les personnages sont attachants et on les suit avec plaisir. Allez, suivez moi pour découvrir cet ouvrage.

Lire la suite

Glacé de Bernard Minier

   Auteur français de thriller, Bernard Minier s’est fait remarquer avec son premier livre Glacé, distingué par le prix du meilleur roman français ou francophone au Festival Polar de Cognac en 2011. Il était donc temps que je découvre cette plume dont j’entendais le plus grand bien… C’est chose faite et je dois dire que je me rallie à la majorité !

9782845635029

Lire la suite

T’en souviens-tu, mon Anaïs ? de Michel Bussi

   Dans le cadre de mon passage à vide littéraire, déjà que j’avais du mal à lire, alors je me suis dit qu’il valait mieux éviter un énorme pavé parfois décourageant. Et voilà que ma grand-mère m’offre le recueil de nouvelles intitulé T’en souviens-tu, mon Anaïs ? de Michel Bussi. Alors deux choses. C’est tout d’abord une référence flagrante… A mon prénom. Ensuite, l’auteur, plutôt célèbre, est originaire de la même région que moi, à la différence qu’il y vit encore (a priori, niveau cancan, je ne suis pas une référence…). Il situe apparemment nombre de ses intrigues en région normande que bien des lecteurs connaissent à travers Arsène Lupin et les fameuses aiguilles d’Etretat (oh que oui que c’est beau ce petit coin…). Sous ces températures encore estivales, je vous propose un petit tour rafraîchissant en Normandie où je vous garantis une eau fraîche et bienfaisante, communément appelée La Manche. Promis, on opte pour une plage de sable, les galets c’est beau mais ça fait mal aux pieds.

Lire la suite

L’anneau de Moebius de Franck Thilliez

Il m’aura fallu du temps… De la patience et de la persévérance pour venir à bout de ce qu’on peut appeler un vrai creux de lecture. Manque de temps, manque d’envie, beaucoup de déceptions, des difficultés à entrer dans les histoires, tout cela s’est cumulé et il vient un moment où on réalise qu’on a tout simplement plus envie de lire. Besoin d’une petite pause, d’un petit break qui explique pourquoi le blog s’est retrouvé silencieux. Faute de lire, difficile d’écrire. J’avais pourtant des choses à raconter mais peu qui soient liées à la littérature. Et puis, j’ai fini par me relancer (sans jamais avoir arrêté totalement) petit à petit mais le constat était là : trois livres entamés, une BD tout juste acquise, par où commencer ? J’y suis allée au « feeling », au gré de mes envies. Alors que je croyais ne jamais terminer L’anneau de Moebius de Franck Thilliez, voilà ma lecture finalement achevée ! J’écluse et je reprends à vous parler lecture ici. Ça fait du bien de vous retrouver.

~*~*~*~*~*~*

   J’ai déjà lu des œuvres de Franck Thilliez et j’avais été littéralement bluffée par la qualité de l’écriture de cet auteur. C’est donc assez naturellement que j’ai acquis sans trop réfléchir L’anneau de Moebius. C’était signé Franck Thilliez alors ça me semblait une raison suffisante. Mais même les bons auteurs ont des faiblesses… Sorti il y a 10 ans, L’anneau de Moebius peut vous faire passer l’envie de lire du Thilliez si vous commencez par celui-ci. Il n’est pas mauvais, n’exagérons rien, la qualité de la plume de l’auteur nous aide à ne pas sombrer. Mais j’ai totalement calé à un moment de l’histoire. Parce que oui, quoiqu’on en dise, près de 300 pages sans décanter l’histoire des deux personnages principaux, c’est long. Pour moi, ce fut beaucoup trop long. Nous sommes dans l’attente de cet événement inéluctable qui n’arrive jamais. Un coup à vous saper le moral. Mais je vais tâcher de mieux exprimer mon ressenti.

Résultat de recherche d'images pour "l'anneau de moebius"

Lire la suite

L’impasse de Estelle Tharreau

   Auteure encore peu connue, issue de la petite mais pleine de promesses et belles découvertes, maison d’édition Taurnada, Estelle Tharreau a été une découverte agréable à travers son livre L’impasse. Entre thriller, policier, elle mène son histoire sans faillir jusqu’à un dénouement surprenant empreint de rebondissements.

Lire la suite

Challenges & cie

   Début juillet, un bon moment pour faire un petit point sur les challenges en cours et à venir.

   Je me suis lancée dans le challenge 1% de la rentrée littéraire proposé par Sophie Hérisson qui prend fin en juillet 2017. Je suis parvenue à le terminer dans le délai imparti et j’ai pu faire de jolies rencontres littéraires au travers de ces différentes œuvres :

   Six livres dont cinq sont issus d’auteurs que je ne connaissais pas avant le challenge. J’ai la satisfaction à la fois d’avoir terminé le challenge et d’avoir découvert de nouveaux auteurs, ce qui était ce que je recherchais en participant.

   Pour cet été, j’ai croisé AcrÖ sur Twitter qui m’a encouragé à participer au challenge « pavé de l’été« . Au début j’avais pensé à La septième fonction du langage de Laurent Binet publié chez Grasset mais évidemment la version broché que j’ai ne comporte que 496 pages. Comme dit dans l’article de présentation du challenge, j’ai pesté ! Mais je n’étais pas sans ressource… J’ai finalement jeté mon dévolu sur les 656 pages qui composent Les chevaux célestes de Guy Gavriel Kay déjà chroniqué par la vile tentatrice AcrÖ.

   Me voilà donc embarquée dans un nouveau challenge qui va me permettre de lire un ouvrage qui m’a été prêté il y a déjà trop longtemps ! Je nettoie les étagères ! Il ne me reste plus qu’à m’y mettre ! En notant que j’ai jusqu’au 30 septembre pour terminer ma lecture et poster mon billet…

Bonne lecture à tous et bonnes vacances pour ceux qui en profitent déjà !!

Maêlle

Laëtitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka

   Livre publié l’été dernier, sur les étagères des librairies lors de la grande messe de la rentrée littéraire, Laëtitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka fait parti de ces livres trop peu mis en avant. Derrière ce prénom, une affaire judiciaire qui a eu des répercussions importantes. Mais ce simple prénom en rouge sur une couverture noire ne rappelle finalement pas grand chose à la majorité des gens dont la mémoire des événements devient friable avec le temps. Certaines affaires judiciaires deviennent médiatiques et cette mise en avant entraîne le politique à venir s’exprimer sur le sujet, parfois sans le recul nécessaire et encore moins l’intelligence que requiert une situation aussi délicate que fut celle des proches de Laëtitia. Mais Ivan Jablonka est historien en plus d’être écrivain. Il se penche sur l’affaire de Pornic avec le regard neuf d’un homme qui sait se pencher sur le passé et en tirer l’essence.

Lire la suite