Salon du Livre à Paris et #PAYETONAUTEUR

   Je suis complètement en retard quant à la publication d’articles sur le blog (promis à venir, deux nouveaux articles, l’un sur la série Le pouvoir des innocents, l’autre sur Les disparus de Clairdelune). Mais je prends cinq minutes pour parler d’une polémique qui enfle autour du futur salon du livre de Parism Livre Paris qui se tiendra dans quelques semaines. ActuaLitté en parle drôlement bien alors je vous laisse leur article en guise d’introduction et Dear Ema est tout aussi révoltée que moi.

   Une chose est claire, ce blog n’existerait pas sans auteurs, ni autrices. Le monde littéraire n’existerait pas sans les cerveaux géniaux, les capacités créatives, les idées foisonnantes, les coups de crayon somptueux, les histoires qui nous transportent… Tout cela, et bien plus encore, est issu des auteurs, des autrices, des dessinateurs, des dessinatrices, des illustrateurs et illustratrices. Grâce à eux, les maisons d’édition peuvent éditer des livres, des ouvrages, des documentaires. Et gagner de l’argent.

   Le secteur du livre est un secteur difficile pour presque tout le monde. Il est extrêmement difficile de se faire une place dans ce milieu, de percer quand on souhaite être édité. Certaines maisons d’édition se portent bien mieux que d’autres, soyons réalistes, Hachette et Gallimard s’en sortent globalement mieux que les petites maisons qui tentent d’éditer parfois des choses nouvelles, et qui, à bout de souffle, finissent pas fermer leurs portes. Mais les grandes ne sont pas à l’abri de revers de fortune, je pense à Bragelonne qui a du cesser la collection Romance de chez Milady et explique d’ailleurs les raisons de cette fin qui les attriste autant que les lecteurs.

   Donc si tous les acteurs du monde de l’édition parviennent à vivre, c’est grâce au travail de l’auteur ou de l’autrice. Pourtant, il est bien souvent le moins bien rémunéré de toute la chaîne (Marine Nina qui est du milieu explique très bien la façon dont les auteurs sont rémunérés). Qu’on se le dise, tout le monde n’est pas Marc Lévy, Guillaume Musso ou Amélie Nothomb. Samantha Bailly, autrice jeunesse l’a d’ailleurs rappelé dans un tweet :

 

   Or l’entrée au Salon du Livre de Paris, c’est 8€ un jour de la semaine, 10€ le samedi ou le dimanche, 29€ le pass Grand Lecteur, 6€ pour le tarif réduit et gratuit pour les moins de 18 ans. Êtes-vous déjà allé dans ce salon ? Pour ma part oui. C’est immense. C’est une gigantesque librairie avec des stands pour chaque maison d’édition. Et vous savez ce qui attire les foules ? Les auteurs ou autrices en dédicace. Amélie Nothomb fait bouger les foules autant que Pierre Lemaître (deux auteurs présents quand j’y étais). Sans eux, le concept de payer pour entrer dans une librairie géante n’aurait absolument aucun intérêt. Les conférences, tables rondes et ateliers ont aussi leurs charmes et concourent à faire venir les lecteurs de tout poil.

   Ajoutons à cela que Livre Paris fait payer ses stands à des tarifs élevés (j’hésite à dire prohibitifs. J’ai vu circuler sur Twitter un document de demande de stand avec les prix, c’est assez hallucinant). Donc tout cela génère de l’argent. Je pourrais aussi en remettre une couche, à savoir que quand nous y sommes allés, nous avons eu le droit à la remarque « Les livres extérieurs au salon sont interdits. » Vous voyez l’aberration ? Si vous venez parce que vous avez aimé Au revoir là-haut de Pierre Lemaître, c’est que vous l’avez lu et apprécié, et parfois acheté. Et que vous aimeriez une dédicace. Vous avez moyennement envie d’acheter une deuxième fois votre livre une fois à l’intérieur. Une pratique déjà vu au FIBD qui me sort par les yeux (les auteurs et illustrateurs de BD aussi sont à la peine…). Et qui avait amené les auteurs a faire part de leur mécontentement en 2016. En 2017, c’était l’entrée qui était vivement critiquée. Mais visiblement Livre Paris a du mal à comprendre. Alors cette année ils ont innové. Ils ont décidé que certains auteurs qui interviendraient en conférence, table ronde ou atelier, ne seraient pas payés. Au motif qu’ils en profitent pour faire la promotion de leur livre. Donc c’est de la pub gratuite. Pourquoi l’auteur irait se plaindre ? Dans sa grande générosité, Livre Paris leur offre une tribune pour faire de la publicité. En échange ils viennent gratuitement papoter, dédicacer. Ils font venir plein de monde, Livre Paris engrange l’argent et ne verse rien aux auteurs. Les chanceux ! J’exagère à peine.

   L’ampleur de la polémique ne cesse d’enfler et je crois sincèrement que les auteurs, aussi solidaires soient-ils entre eux (quoique j’attends toujours que certains « invités prestigieux » prennent la parole à ce sujet) ont besoin du soutien de leurs lecteurs. Il y a des auteurs qui vont venir au salon et que j’aurais aimé rencontrer. Mais la mentalité qui règne sur cet événement depuis que j’y suis allée, m’a rebuté à y retourner. Si cet événement se permet ce genre de comportement, c’est parce qu’il argue de la présence en masse de personnes et donc des retombées indirectes de la publicité dont bénéficieront les auteurs, autrices et maisons d’édition.

   Seulement, si on refuse tous qu’il maltraite ceux qui nous font rêver, qui nous font nous révolter, nous indigner, nous font vivre pléthores d’émotions, en refusant de nous y rendre, je parie que nous aurons plus de poids que les organisateurs. Et avec un peu de chance, ils finiront par comprendre que tout travail mérite salaire, qu’être auteur, illustrateur c’est un métier qui a ses contraintes aussi et pour lequel il convient de rémunérer dignement celui qui l’accomplit. Ca passe par le fait de rémunérer un auteur qui prend le temps de se déplacer sur Paris durant plusieurs jours pour aller à la rencontre de ses lecteurs, donner des conférences, animer des ateliers. Ca semble évident non ?

Alors #PAYETONAUTEUR ou tu n’auras plus de visiteurs Livre Paris.

Maêlle

Publicités