Capa – L’étoile filante de Florent Silloray

   Couleur sépia comme un vieil album photo, quoi de plus judicieux pour évoquer Robert Capa, éminent photographe dont Florent Silloray retrace la vie à travers une bande-dessinée de qualité intitulée Capa – L’étoile filante. Offerte à mon papa qui vous en a parlé ici, je me suis moi-même lancée dans cette lecture prometteuse partant néanmoins avec beaucoup moins de connaissances que mon papa, amateur de photo depuis longtemps.

Lire la suite

Angel Wings de Yann & Hugault

   Yann & Hugault récidivent avec leur recette avions et pin-up pour nous livrer la trilogie Angel Wings. J’ai fait ma maligne sur Instagram en expliquant qu’un vendeur de ma librairie favorite était parvenu à me dégoter le coffret avec le tome 3 alors qu’il commençait à ne plus se trouver. Je suis particulièrement fière de mon achat qui trône sur mon étagère bibliothèque (trop petite…) Mais ce dont je ne me suis pas vantée à l’époque c’est que le tome 2 (que j’aurais pu avoir dédicacer par Romain Hugault au FIBD 2016 mais – allez savoir pourquoi – ma mémoire m’a joué des tours et j’ai répondu que c’était inutile, je l’avais déjà… 3615mylife) était manquant. Je n’ai toutefois pas eu à attendre bien longtemps. Noël m’a permis de le trouver au pied du sapin. Imaginez ma joie de les voir tous les trois réunis. C’est alors que je fis ce qui s’imposait : canapé, plaid et lecture. Et maintenant ce qui s’impose c’est que je vous en parle !!

Lire la suite

Capa – L’étoile filante de Florent Silloray

   A l’occasion des fêtes de fin d’année j’ai offert une bande-dessinée à mon papa. Après sa lecture, il m’a envoyé un mail avec un petit texte pour me dire qu’il aimerait vous en parler. Bien évidemment j’ai accepté de lui laisser un peu de place sur le blog et de partager avec vous ce qu’il m’en a dit.

capa

Lire la suite

Le tort du soldat de Erri de Luca

   Les livres se suivent mais ne se ressemblent pas, même au sein de la bibliographie d’un auteur tel qu’Erri de Luca. Je ne taris pas d’éloges sur lui et vous risquez d’en entendre encore quelques longues litanies au vu de son œuvre prolifique. Cette fois-ci je me suis plongée dans Le tort du soldat offert par Lintje. Il fait parti des ouvrages récents de l’auteur.

   Erri de Luca m’a surpris sans me décevoir. J’ai retrouvé ce qui fait son charme d’écrivain et qui m’emporte à chaque fois, même si je dois admettre que celui-ci m’a moins transporté que d’autre. Je l’ai trouvé moins poétique. Mon âme, toujours charmée par les mots de cet auteur italien, n’a pas été bercée de la même douceur que je lui connais habituellement. Portrait d’un livre atypique.

le-tort-du-soldat

Lire la suite

Dent d’ours – Tome 1 – Max de Yann et Henriet

   Je retrouve Yann sans Romain Hugault pour une nouvelle histoire autour de l’aviation. Je l’avais remarquée, Ludo des Singes de l’espace m’a offert le premier tome. On reconnaît là les vrais amis, ceux qui se chargent d’alourdir mes futurs cartons de déménagement !! Blague à part, je me suis plongée dans cette bande-dessinée sans aucun doute quant à la satisfaction à venir. J’ai découvert un nouveau dessinateur et je me suis laissée emporter par le scénario impeccable de Yann.

Couv_186249

Lire la suite

Formose de Li-Chin Lin

   C’est lors du dernier festival de bande-dessinées « BD en chinonais » que nous, plus particulièrement mes parents, ont rencontré Li-Chin Lin, dessinatrice prête à dédicacer son ouvrage Formose. Ceux sont de petits festivals comme celui-ci qui se révèlent plein de bonnes surprises. J’y avais rencontré Will Argunas dont l’ouvrage m’avait convaincu par son originalité. Voilà donc une jeune femme née à Taïwan, qui vit aujourd’hui en France où elle a poursuivi ses études après son départ de Taïpei et notamment à Angoulême au sein de l’École Supérieure de l’Image. Son livre a été récompensé par les lycéens d’Île de France et va se révéler être une véritable découverte dont il est important de vous parler.

   Que connaissez-vous de Taïwan ? Sincèrement ? Hormis l’étiquette de votre pull, votre smartphone, ou encore des jouets – dont la période actuelle est propice à leur apogée – susceptibles d’arborer un Made in Taïwan, que savez-vous de cette île ? Pour ma part, hormis ceci et un très vague souvenir de cours d’histoire-géographie au lycée durant lesquels ont été rapidement évoquées les difficultés relationnelles entre Taïwan et la Chine, j’avoue que je ne connaissais rien à ce pays. Et je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur l’histoire de celui-ci. C’est donc avec un mélange de curiosité et d’appréhension que je commençais la lecture de Formose.

   Curiosité car je suis toujours avide d’apprendre sur tous les sujets. Appréhension parce que je crains les récits autobiographiques, un des genres littéraires avec lequel j’ai le plus grand mal. Bien que ça soit une bande-dessinées, celle-ci affiche quand même la bagatelle d’environ 250 pages. Avec le recul, je peux dire que j’ai bien fait de laisser la curiosité l’emporter sur l’appréhension car ce fut une découverte très instructive.

Formose Lire la suite

L’insomnie des étoiles de Marc Dugain

   Une quatrième de couverture étonnante laissant penser qu’un sujet éculé – la seconde guerre mondiale – bénéficierait d’une approche différente. Voilà ce qui m’a indéniablement attiré vers L’insomnie des étoiles de Marc Dugain. C’est un sujet tragique que celui de la guerre quelqu’elle soit. Au revoir là-haut de Pierre Lemaître avait déjà été une sacré aventure livresque mais il concernait la première guerre mondiale. Nous avons été sensibles aux gueules cassées et au gaz moutarde mais le génocide perpétré par les nazis lors du second conflit mondial, auquel s’ajoute quand même deux largages de bombes atomiques, a laissé des traces profondes. Et il me semble juste de dire que nous avons été plus sensibilisés à cette période de l’histoire, notamment via le « devoir de mémoire » dont l’école est le fer de lance. Cet intensif travail de mémoire et d’hommage nous donne l’impression d’avoir épluché ce conflit sous tous les angles. Aussi, réussir à l’aborder sans tomber dans des thèmes déjà usités – l’enfer des camps de concentration, la France occupée en premier lieu – est en soi un défi que l’auteur parvient à relever. Marc Dugain opte pour une certaine originalité puisqu’il décide de nous parler de la France à l’automne de l’année 1945 soit peu de temps après sa libération, mais loin de l’effervescence souvent décrite qui l’a suivie.

Marc Dugain

Lire la suite