La route d’Ohama de Robert Ludlum

   J’ai découvert la plume de Robert Ludlum – écrivain dont l’œuvre est à l’origine de la trilogie Bourne – à travers son roman Le manuscrit Chancellor dans lequel j’apprenais l’histoire du directeur du FBI, John Edgar Hoover, resté à son poste un nombre suffisant d’années pour devenir une véritable menace à l’égard du pouvoir établi. Par la suite, je me suis régalée devant le (magnifique) film de Clint Eastwood, J. Edgar, dans lequel le directeur du FBI est interprété de bout en bout (entendez par là, de sa prime jeunesse à ses derniers jours) par un Di Caprio qui crève l’écran. Mais je n’aurai sans doute pas appris autant de choses sur cet homme sans avoir lu précédemment Ludlum. Alors quand j’ai eu l’occasion de « tomber » sur La route d’Omaha, du même auteur, je n’ai pas trop hésité à le prendre. Je m’attendais aux mêmes ingrédients que précédemment, thriller, suspense haletant… J’ai finalement lu un pavé (plus de 600 pages en version poche…) où le burlesque le dispute à l’humour, où les événements s’enchaînent à un rythme effréné mais toujours avec une pointe d’humour. En somme, une facette très différente de ce que j’ai pu lire auparavant. J’ai également découvert que ce livre s’inscrivait dans une série mettant à chaque fois en scène le même personnage, à savoir le général Mac Kenzie.

Lire la suite

Challenges & cie

   Début juillet, un bon moment pour faire un petit point sur les challenges en cours et à venir.

   Je me suis lancée dans le challenge 1% de la rentrée littéraire proposé par Sophie Hérisson qui prend fin en juillet 2017. Je suis parvenue à le terminer dans le délai imparti et j’ai pu faire de jolies rencontres littéraires au travers de ces différentes œuvres :

   Six livres dont cinq sont issus d’auteurs que je ne connaissais pas avant le challenge. J’ai la satisfaction à la fois d’avoir terminé le challenge et d’avoir découvert de nouveaux auteurs, ce qui était ce que je recherchais en participant.

   Pour cet été, j’ai croisé AcrÖ sur Twitter qui m’a encouragé à participer au challenge « pavé de l’été« . Au début j’avais pensé à La septième fonction du langage de Laurent Binet publié chez Grasset mais évidemment la version broché que j’ai ne comporte que 496 pages. Comme dit dans l’article de présentation du challenge, j’ai pesté ! Mais je n’étais pas sans ressource… J’ai finalement jeté mon dévolu sur les 656 pages qui composent Les chevaux célestes de Guy Gavriel Kay déjà chroniqué par la vile tentatrice AcrÖ.

   Me voilà donc embarquée dans un nouveau challenge qui va me permettre de lire un ouvrage qui m’a été prêté il y a déjà trop longtemps ! Je nettoie les étagères ! Il ne me reste plus qu’à m’y mettre ! En notant que j’ai jusqu’au 30 septembre pour terminer ma lecture et poster mon billet…

Bonne lecture à tous et bonnes vacances pour ceux qui en profitent déjà !!

Maêlle

Vacances estivales et rentrée littéraire

   J’avoue avoir été moins active durant cette période estivale… Non pas que j’ai moins lu (quoique… Mais j’ai surtout eu moins de temps pour écrire !)

images

   Deux BD sont venues s’incruster dans ma bibliothèque : Les anciens astronautes de Vincent Pompetti et Rising Star (c’est de la faute à AcrÖ, sa chronique m’a donné très envie de le lire…) La première est en cours de lecture (bientôt finie), je la savoure, le dessin est somptueux. Pour mon anniversaire, Ludo (des Singes de l’espace) m’a offert un des tomes de la série sur Les 7 merveilles du monde, à savoir Les jardins de Babylone. Aussi surprenant que cela puisse paraître, je n’ai pas eu d’autres livres (pour le moment…). Visiblement certains trouvent que j’achète trop vite en ce moment ! En BD, j’ai eu le plaisir d’apprendre la sortie d’un nouvel intégral du Château des étoiles d’Alex Alice prévue le 16 septembre et Romain Hugault a eu la gentillesse d’annoncer le jour de mon anniversaire la sortie du tome 2 d’Angel Wings pour le 21 octobre 2015.

   Bientôt la rentrée littéraire va débarquer. On commence déjà à trouver quelques nouveautés. Je ne suis pas fan de cette vague de livres mais je ne peux pas non plus l’ignorer car il y a des pépites qui se cachent dans la masse des quelques 580 livres dont la sortie est prévue. Il y a les habituels que je ne lis pas / plus (Amélie Nothomb, Christine Angot…), les attendus (le tome 4 de Millénium) et ceux qui commencent à attirer mon attention, notamment suite à une rencontre avec un libraire absolument passionné qui m’a donné envie de lire Profanes de Jeanne Benameur alors que je regardais son dernier livre publié chez Actes Sud, Otages intimes (j’ai déjà lu d’elle Les insurrections singulières). J’ai noté que La fille du train de Paula Hawkins rencontrait un certain succès, Les intéressants de Meg Wolitzer m’a fait de l’œil, et Les brumes de l’apparence de Frédérique Deghelt, sorti en poche, va très certainement rejoindre mes étagères. J’ai décidé de me faire une liste de tous ceux qui sont susceptibles de me tenter car je ne les achèterai pas tous maintenant. Je vais guetter aussi les blogonautes pour avoir quelques opinions (j’avoue que le dernier de Mathias Enard m’intrigue beaucoup) avant de céder à la tentation.

   En ce moment, rien à voir, je viens de terminer un thriller, Train d’enfer pour ange rouge de Franck Thilliez, une plume française génialissime ! Dont je compte vous donner des nouvelles rapidement. Donc notez bien, deux articles à venir, l’un sur un roman, l’autre sur une BD, promis je m’y remets !!!

En attendant, lisez bien !

In the name of… de Will ARGUNAS

   C’est dans un petit festival de BD en province que j’ai dégoté cette bande-dessinée dont le point fort se résume en un mot : l’originalité.

in the name of

  Originalité de l’histoire créée et dessinée par Will Argunas, un scénario extrêmement réaliste, très bien ficelé, dévoilant l’intrigue dans les dernières pages.

   Originalité du dessin. Ne vous laissez pas abuser par le nom et le prénom de l’auteur qui possèdent une petite connotation anglo-saxonne. Il n’en est rien, l’auteur et dessinateur est bien français. J’ai eu l’occasion de discuter avec lui et ce fut extrêmement intéressant. Tout autant que de le voir dessiner de ce trait énergique proche du comics.

Dédicace
Ma dédicace, pas très aimable, non ?

Lire la suite

L’oiseau de mauvais augure – Camilla Läckberg

   Voilà une lecture de 2013 qui malheureusement n’a pas été chroniquée en temps et en heure… Je me retrouve à vous en parler, plus par principe, que par réelle conviction d’apporter quelque chose de constructif car depuis… Des pages ont été tournées ! Toutefois, il me tenait à cœur de vous en parler, parce que cet auteur a le mérite de maintenir une série dont la qualité ne faiblit pas au fil des tomes. Cela valait la peine d’être signalé. D’où ma farouche volonté de vous en parler, même si ce n’est que sur quelques lignes… Et il est souvent difficile de chroniquer chaque tome d’une série surtout quand ils nous semblent tous de qualité égale.

   Si vous n’avez pas lu cette série, que vous souhaitez la lire, je préfère vous avertir qu’en chroniquant chaque tome, je suis amenée à révéler des événements liés à la vie des personnages principaux qui évoluent au gré de ces derniers. Donc vous risquez d’en apprendre plus que ce que vous souhaitez !

L'Oiseau de mauvais augure

Lire la suite

Les lieux sombres – Gillian Flynn

   Il y avait bien longtemps que je n’avais pas renoué avec le thriller glauque et effrayant à souhait, le tout saupoudré d’un zeste de suspense. J’avais envie de trancher sur toutes mes dernières lectures. Et j’ai opté pour Les lieux sombres de Gillian Flynn. J’ai cru un instant regretter mon choix car c’était franchement mal parti !!! Il est très rare que je laisse en plan un livre et que je ne le finisse pas, aussi les rares fois où il m’arrive de décrocher, je peine à me relancer (il en est ainsi pour Le nom du vent…) J’ai donc décidé de persévérer. Et bien m’en a pris parce que ce livre s’est révélé finalement plus sympa que ce qu’il augurait dans les 50 à 70 premières pages (oui, quand même). Ce n’est pas un « grand » thriller non plus, j’ai connu plus terrifiant et mieux mené mais il se laisse lire (oui c’est aussi très rare que je commence une chronique si négativement alors je me rattrape !!). Pour les amateurs du genre, je peux comprendre qu’il ne soit pas à la hauteur de ce qui a pu ou peut être lu à l’heure actuelle.  Et si il s’en sort à mes yeux c’est que je suis bon public et pas une assez grande fan de ce style pour être si critique que cela à son égard. Peut-être également parce que je suis sensible à la difficulté que représente le fait d’écrire, j’ai du mal à émettre un avis foncièrement négatif à l’égard d’une œuvre littéraire. Néanmoins l’histoire pêche et le livre présente clairement des faiblesses importantes quant à certains points. Pas de coup de cœur cette fois, vous l’aurez compris.

lieux sombres Lire la suite

L’homme qui disparaît – Jeffrey Deaver

   Il y a déjà plusieurs années j’ai vu le film Bone Collector de Phillip Noyce avec dans les rôles principaux Denzel Washington et Angelina Jolie. J’ai gardé un souvenir marquant de ce film dans lequel Denzel Washington joue un handicapé paralysé des épaules jusqu’aux pieds avec un seul doigt qui bouge juste de quoi lui permettre de manier son fauteuil roulant. Et voilà que ma fan de psychopathe préférée m’apprend que ceux sont des livres à l’origine ! Et dans la foulée me prête L’Homme qui disparaît. Je découvre donc sous la plume de Jeffrey Deaver, ce paralysé brillant criminologue – victime d’un accident – quelque peu irascible et parfois franchement désagréable. Mais on le serait à moins… Ancien directeur du département de la police scientifique de New-York, le voilà à dépendre d’appareils divers et variés pour tenter de mener une vie correcte sous l’étroite surveillance de son garde-malade Thom, mais aussi d’Amelia Sachs. La femme qui partage sa vie est une policière chevronnée mais aussi les yeux, les bras et les jambes de Lincoln sur les scènes de crime où il ne peut plus se rendre.

Lire la suite