La revanche des petits seins de e.l.n.z.

   Je vous raconte ma vie pour introduire cet article (qui va donc être ô combien intéressant !). J’ai découvert la maison d’édition Realities Inc à travers un appel à texte relayé par un autre blog (suivez mon regard) auquel j’ai décidé de participer (si vous voulez tout savoir, c’est l’AT « Tous aux abris« ). Durant l’horrible temps d’attente avant le verdict de savoir si vous êtes retenu ou recalé (en vrai, je le vis très bien…) je me suis intéressée davantage à cette maison d’édition et me suis mise à la suivre par tous les canaux possibles : twitter, Facebook et cie. C’est par ce biais que j’ai pu apprendre la possibilité de lire gratuitement la nouvelle La revanche des petits seins de e.l.n.z. Le titre me plaisait beaucoup et la lecture m’était offerte : à quoi bon se priver ? Hop, la voilà sur ma liseuse, sitôt téléchargée, sitôt lue… Et fortement appréciée ! Je me suis lancée dans cette lecture sans aucun a priori et sans savoir du tout à quoi m’attendre. Je n’ai même pas pris connaissance du résumé, rien de rien. J’ai allumé la Kobo et j’ai lu. J’en suis ressortie assez bouleversée et avec l’envie de lire d’autres œuvres de l’auteur…

Lire la suite

Publicités

Le rêve du prunellier – Rozenn Illiano

   Voilà la chronique qui suit l’arrivée du cadeau reçu après avoir terminé le challenge de Lune ainsi que je vous l’annonçais il y a peu. Un recueil comprenant huit nouvelles toutes profondément ancrées dans le monde de la fantasy. Premier livre que je lis édité sous le format de l’auto-édition, je l’ai découvert au gré des balades chez Livrement et à nouveau lors du challenge de Lune. « Le Rêve du Prunellier » m’a fait passer un moment de lecture fort agréable. Comme dans beaucoup de recueil, toutes les nouvelles ne m’ont pas plu mais la majorité ont su m’emporter vers quelque chose de sympa. L’auteur possède un thème récurrent l’hiver, qui s’accompagne des ombres, de la nuit plus que du jour. Les flocons de neige sont comme un fil rouge pour Rozenn qui trouve toujours un moment du récit où les faire tomber. Certaines nouvelles totalement atypiques par rapport aux autres, offrent un effet de contraste plutôt agréable, qui casse les thèmes utilisés par l’auteur, qui peuvent apparaître pour certains comme redondants. La plume est légère, simple, les pages se tournent vite, le monde nous happe rapidement. Je déplore seulement l’absence totale de traduction des mots anglais. Alors autant certains ne le nécessitaient pas (Snow, Frost…) autant j’avoue que Blackthorn j’ai dû aller le chercher faute d’en faire un usage courant… Rozenn, tu devrais avoir pitié des piètres anglophones que nous pouvons être !!!! C’est vraiment un détail, on peut tous faire l’effort de regarder dans le dictionnaire… Même si au chaud, sous la couette, à lire une histoire où ça parle d’ombres et de neige, et bin on n’a pas forcément très très envie de chercher… Oui, oui un petit peu de fainéantise. Et un petit tour des nouvelles de ce recueil.

rêve prunellier

Lire la suite

Twenty – Erich Von Götha

   L’éclectisme littéraire est pour moi, une grande richesse. J’aime lire de tout. Presque tout m’intéresse. Il est évident que les lectures me plaisent plus ou moins. Qu’elles restent ancrées en moi plus ou moins longtemps. J’ai mes préférences, mais c’est avec plaisir que je me tourne vers des genres divers et variés. Et pourquoi pas l’érotisme ? J’ai eu l’occasion d’effleurer ce sujet via ma chronique de l’anthologie 69 dont la lecture a eu lieu dans le cadre du challenge de Lune. Ce fut d’ailleurs la lecture d’une de ses chroniques qui suscita en moi l’envie de partir à la découverte de ce recueil dont je garde un agréable souvenir.

   L’érotisme est un style propre, avec ses règles, ses auteurs et ses lecteurs. Là où le roman érotique suscite l’imagination, la bande-dessinée offre un support visuel qui change totalement la donne. A mon sens, l’enjeu pour la bande-dessinée érotique est de réussir à offrir un dessin de qualité associé à un scénario qui l’empêche de sombrer dans la vulgarité sexuelle qui ne suscite chez moi aucun intérêt. C’est un exercice que je trouve plutôt difficile… Difficile pour l’auteur qui se lance dans ce défi, difficile pour le lecteur de trouver son bonheur. Mais certains sortent du lot et méritent qu’on en parle ! Car la littérature c’est tout cela et bien plus encore…

   Milo Manara est largement connu et réputé dans le milieu de la bande-dessinée érotique. « Le déclic » est fameux et ses associations avec des auteurs divers, tel que Hugo Pratt (Corto Maltese pour situer), le rendent particulièrement riche et intéressant. Sans compter que son coup de crayon vaut le détour. J’ai découvert dans la même veine, il y a de cela quelques années, Erich Von Götha. « Dans la même veine » car je trouve le dessin particulièrement beau. Notamment pour « Twenty », que j’ai eu l’occasion de lire dans son intégralité. Et dont je vais plus particulièrement vous parler.

twenty 1-2

Lire la suite