La passe-miroir – Tome 4 – La tempête des échos de Christelle Dabos

   Il était temps enfin, que je vous parle de cet ultime tome de la série La passe-miroir de Christelle Dabos, La tempête des échos. Il m’a fallu, sans doute, un peu de temps pour « digérer » une certaine déception.

   De prime abord, j’ai fermé le livre en me disant que la fin était trop intense, que j’étais encore dans un maelström d’émotions. Il m’était difficile d’en parler à d’autres que celles et ceux qui avaient pu le lire. C’est ainsi que j’ai beaucoup apprécié pouvoir échanger au cours de ma lecture et plus particulièrement sur la fin avec AcrÖ.

   Ce tome n’est pas mauvais. Je ne suis pas vraiment déçue. Plutôt frustrée. Il y avait un tel potentiel ! On commençait si bien ! Et patatras, un dernier tome qui n’est pas à la hauteur. J’avais déjà moins apprécié ma lecture du tome 3 mais je le voyais comme un tome de transition, qui n’impactait pas mon enthousiasme pour l’histoire. Ce tome 4 me fait le même effet. Il n’a pas impacté mon affection pour la série mais j’ai trouvé qu’il ne tenait pas toutes ses promesses.

Ophélie & Thorn sont toujours à la recherche de Dieu tandis que les arches s’effondrent à un rythme de plus en plus effréné…

   J’étais heureuse de retrouver l’univers foisonnant et merveilleux de Christelle Dabos. Le tome 4 reprend là où le tome 3 s’était arrêté, sans transition. Je me suis plongée dedans sans aucune difficulté, la plume de l’autrice est toujours de grande qualité. Et au bout du quatrième opus, c’est comme retrouver des amis perdus de vue depuis quelques mois : on reprend la discussion comme si nous nous étions quittés la veille. C’est vraiment l’effet que ça m’a fait et c’est très appréciable.

   Ensuite, Ophélie se penche sur le fameux observatoire des déviances. Elle apprend – et nous aussi par la même occasion – beaucoup de choses sur elle mais j’ai tiqué sur un premier point : Christelle Dabos use encore du même procédé que précédemment avec son héroïne. D’abord, elle est séparée de Thorn, ensuite elle infiltre un lieu sous une fausse identité. Je suis désolée mais arrivée à ce stade de l’histoire, une telle redondance me lasse. Par chance, les découvertes s’enchaînent et le rythme est enlevé. On n’a pas le temps de s’apesantir et de s’ennuyer.

   Si l’on découvre certaines particularités chez Ophélie, si nous faisons la connaissance de nouveaux personnages très intéressants, il n’en reste pas moins que nous avons le sentiment de ne pas avancer bien vite quant à l’histoire principale. Et je vous avoue que quand vous avez dépassé la moitié du livre sans en savoir beaucoup plus alors même que l’on sait que c’est le dernier, vous vous dites : ça va être quoi la fin ?

   Alors la fin ce fut… Intense. C’est vraiment ce que je retiens. Toutes les informations nous sont données rapidement, c’est un vrai condensé. Une centaine de pages – seulement – pour nous expliquer ce que nos protagonistes ont cherché durant 3 tomes, c’est léger. Certaines explications m’ont paru peu claires, brouillons, inabouties. La fin m’a laissé perplexe. J’ai du relire plusieurs passages après avoir terminé pour tenter de comprendre davantage mais rien n’y a fait. J’ai fini par coucher par écrit à Acrö ces interrogations qui demeuraient pour découvrir… Que nous les partagions.

   Que dire si ce n’est que c’est franchement dommage. L’autrice a créée un superbe univers, des personnages profonds, attachants, cruels parfois, elle a tissé une histoire dense absolument passionnante mais qui pour moi, ne va pas jusqu’au bout. Certains personnages sont finalement délaissés sans qu’on comprenne bien pourquoi. En somme, je suis en manque d’explications claires et complètes. J’ai le sentiment que l’autrice avait moult idées mais n’a pas réussi à toutes les développer comme il se doit, mêlant ainsi les échos, la corne d’abondance, les capacités d’Ophélie etc.

   Je partage pleinement la chronique d’AcrÖ sur bien des points : la dichotomie entre les tomes 1&2/3&4, le sentiment que la fin est précipitée… Bref, nos avis qui peuvent sembler différents rédigés ainsi, convergent sur le fond. Et comme elle, je vous dirai que cette série vaut vraiment le détour. Elle possède un charme fou, un univers grandiose et Ophélie comme Thorn valent le détour. Même si la fin n’est pas à la hauteur, peut-être est-ce aussi nous qui sommes parfois trop exigeant.e.s avec l’autrice. Et si tel est le cas, cette série saura vous combler donc ne passez pas à côté !

   Vous pouvez retrouver mes chroniques des précédents tomes ici : tome 1, tome 2 & tome 3.

Bonne lecture,

Maêlle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s