Nos mythologies économiques de Eloi Laurent

   Nos mythologies économiques fait parti des livres qui, si on ne m’avait pas invité à le lire, je n’en aurai peut-être jamais entendu parler. Et pourtant c’est bien dommage, surtout à l’heure actuelle ! Ce court ouvrage de 112 pages devrait être connu davantage et obtenir une audience bien plus large car il est rempli d’intelligence. Alors que l’on nous assomme de théories économiques plus fumeuses les unes que les autres, que l’on nous parle de flexibilité du marché du travail dans une France sclérosée, incapable d’évoluer depuis des décennies, enfermée dans un schéma pré-défini, on nous laisse sans clés pour comprendre, décrypter ce langage. Laissez-vous porter par les mots simples et les phrases limpides d’Eloi Laurent pour vaincre votre phobie de l’économie et vous réapproprier le discours politico-économique dominant. Et par là-même, réinvestir la sphère citoyenne.

mytho Lire la suite

Pratique de l’amour de Michel Bozon

   Ayant fait allusion à cet ouvrage dans ma chronique précédente, je me suis dis qu’il était temps de vous en parler davantage. Je fais régulièrement de petites incursions dans les ouvrages qui traitent de notre société. Je trouve cela intéressant et important de confronter ma vision à celles développées par d’autres sur les relations humaines. Bien entendu, c’est un sujet qui m’intéresse quoiqu’il puisse apparaître un peu abstrait. Je vois la lecture comme une source de distraction, d’évasion mais aussi d’enrichissement culturel.

   C’est dans cette optique que je me suis plongée dans cet ouvrage dont j’ai découvert l’existence par le blog d’Agnès Giard dont je vous conseille la lecture. Le nom érotique du blog est loin de refléter les nombreux thèmes abordés par elle. Se regarder soi-même n’est pas nécessairement narcissique, ce peut être également une introspection, un exercice bien moins évident qu’il n’y paraît. Regarder notre société, ce qui régit nos rapports humains c’est un peu la même chose, un exercice sympathique mais pas toujours facile.

Unknown

Lire la suite

Eloge de la faiblesse – Alexandre Jollien

   C’est une envie de découverte qui m’a conduit à acquérir ce livre. Découvrir un homme, un auteur, un philosophe, Alexandre Jollien. Ce dernier est handicapé. Une infirmité motrice cérébrale pour être tout à fait exact. Il ne faut pas l’omettre, ça ne dérange pas Alexandre, bien au contraire. Accepter son handicap, sa différence, c’est encore peut-être la meilleure façon de ne pas le subir, de le vivre au mieux. Mais c’est quoi être différent ? Par rapport à quoi ? Quelle définition de la normalité ? C’est le cœur de ce livre.

   Éloge de la faiblesse est un essai consistant en un dialogue entre l’auteur lui-même et Socrate. Alexandre Jollien a dû faire appel à bien des ressources pour arriver où il en est aujourd’hui. Une progression constante et permanente vers son objectif qui suscite mon admiration la plus totale. Et une des choses, pour ne pas dire la principale, qui lui a permis de réfléchir sur lui, les autres, le monde, la société, son handicap, sa place, c’est la philosophie. Une rencontre inattendu et révélatrice qui l’aidera à s’accomplir. Il est difficile de parler de cet ouvrage totalement atypique. Les quelques pages qui le composent sont d’une extraordinaire richesse que j’ai pris plaisir à découvrir.

alexandre jollien Lire la suite

Petite poucette – Michel Serres

   Un livre qui dénote dans le paysage habituel de mes articles mais je garde intact cette dévorante curiosité littéraire qui me pousse à lire de tout surtout si on me le conseille et pour finir qu’on me l’offre. Nombre d’entre nous connaisse, peut-être seulement de nom, ce philosophe contemporain qu’est Michel Serres. C’est mon cas, je le connaissais de nom, de loin, n’ayant jamais pris le temps de lire une de ses œuvres. Pour ceux qui n’ont qu’une vague image d’un homme aux cheveux blancs et au sourire agréable, je me permets de préciser rapidement qu’il est professeur d’histoire des sciences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi qu’à l’Université Stanford depuis 1984. Élu à l’Académie française le 29 mars 1990, il occupe le fauteuil no 18. Michel Serres est donc un homme de lettres (mais pas seulement) dont la bibliographie est impressionnante. Quand au titre, tous ceux qui envoient des SMS régulièrement (pour ne pas dire sans arrêt…) ont déjà du l’entendre. En effet, les poucets et poucettes, c’est ainsi qu’il surnomme notre génération, celle qui a vu les ordinateurs bouleversés leur vie et les portables devenir une extension de leur main. La poucette est surnommée ainsi par notre capacité à écrire les SMS avec… Les pouces, tout simplement ! Mais ne nous n’y trompons pas, derrière ce surnom « drôle », amusant, Michel Serres parle d’une génération pour laquelle il a une profonde affection. Et ça fait du bien.

Lire la suite