Mélusine – Tome 8 – Halloween de François Gilson et Clarke

   Maêlle s’installe sur sa chaise de bureau, ôte son chapeau qu’elle dépose près d’elle, sort sa plume, un parchemin et l’indispensable écran. Elle ouvre précautionneusement sa petite bouteille d’encre magique et entreprend de rédiger une petite missive à ses amis du challenge de Lou & Hilde.

   En cette journée d’échange autour de la bande-dessinée, j’ai décidé de découvrir la série Mélusine. Dépitée de ne pas trouver le tome 1, je suis néanmoins tombée sur le tome 8 et me suis dit qu’à mon avis, commencer au premier tome ou au huitième, ne devrait pas trop perturber ma compréhension du récit. Effectivement, ça n’a rien perturbé du tout mais ça ne m’a pas beaucoup emballé non plus…

Lire la suite

Publicités

Les beaux étés – Tome 2 La Calanque de Zidrou & Lafebre

   J’ai récidivé dans ma lecture de bande-dessinée durant ma lecture de mon pavé de l’été avec le tome 2 de la série Les beaux étés. Impatiente après ma lecture du tome 1 je n’ai pas réussi à attendre bien longtemps avant de dévorer ce deuxième opus jusqu’à une heure avancée de la nuit… Et j’ai été récompensée par une suite à la hauteur !

Lire la suite

Les beaux étés – Tome 1 Cap au Sud ! de Zidrou & Lafebre

   J’ai découvert Zidrou à travers la bande-dessinée L’adoption dont je vais bientôt parler du tome 2. Après ma lecture, j’avais entendu le plus grand bien de la série Les beaux étés, lancée par Zidrou à l’histoire et Lafebre aux dessins. Il m’a fallu donc un an pour enfin me lancer dans la lecture de cette autre bande-dessinée ! Mieux vaut tard que jamais paraît-il…

   Mon avis pourrait se résumer en seulement quelques mots : j’ai adoré. Mais je vais tâcher de vous en dire un peu plus histoire que vous soyez vous aussi tentés par cette lecture.

Lire la suite

Culottées de Pénélope Bagieu

   J’avais entendu parler de Pénélope Bagieu après la polémique liée au FIBD dont la sélection ne comportait aucune femme. J’ignorais que de cet événement avait découlé de petites bande-dessinées publiées sur Le Monde. Je connaissais donc la dessinatrice mais pas son œuvre. Et puis j’ai regardé un documentaire sur les viols conjugaux. L’équipe d’Envoyé spécial derrière ce documentaire a fait un travail vraiment très soigné, expliquant bien la création de ce crime dans le code pénal, les raisons et en se focalisant sur l’histoire de trois femmes toutes victimes du même homme. Néanmoins, le tournage s’est trouvé stoppé par la salle d’audience. En effet, sauf sur autorisation, dans des cas très encadrés, il est strictement interdit de filmer dans une salle d’audience. Les assises n’y échappent pas. Mais comment parler de viols conjugaux, du combat de ces femmes sans pouvoir retranscrire l’audience et l’ambiance qui y règne, sans parler du courage qu’il faut à ses femmes ? En envoyant Pénélope Bagieu dessiner pour eux le déroulement des débats. Et c’est ainsi que j’ai découvert par écran interposé le travail remarquable de l’auteure. Ses dessins étaient empreints d’empathie, de respect et ils retranscrivaient précisément ce qui avaient pu se dire tout en montrant les émotions qui traversaient les femmes à la barre. Après ça, je me suis dit qu’il était impératif que je lise une œuvre de cette femme. Mon choix s’est porté sur Culottées pour en avoir entendu du bien et pour le sujet que le sous-titre résume très bien : Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent.

Lire la suite

Si j’étais une femme, je m’épouserais de Joann Sfar

   Je récidive avec un Joann Sfar à travers un de ses carnets, à savoir celui intitulé Si j’étais une femme, je m’épouserais. Une hypothèse assez originale issue d’une réflexion sur l’amour que l’auteur a mené après une déception amoureuse.

   Si je garde de Greffier, un autre carnet de Joann Sfar, un excellent souvenir, j’avoue que celui-ci ne m’a pas autant convaincu. Chronique d’une lecture en demie-teinte.

Lire la suite

Le jour où le bus est reparti sans elle de Beka & Marko

   Je voulais commencer par dire que je ne m’attendais pas du tout à ce que cette BD m’a offerte à lire. Cela me paraît finalement un non-sens car en vérité je ne savais pas de quoi il retournait véritablement. Je ne pouvais que me faire surprendre. J’ai été joliment, agréablement surprise par ce titre déniché à la médiathèque par le plus grand des hasards.

Lire la suite

Capa – L’étoile filante de Florent Silloray

   Couleur sépia comme un vieil album photo, quoi de plus judicieux pour évoquer Robert Capa, éminent photographe dont Florent Silloray retrace la vie à travers une bande-dessinée de qualité intitulée Capa – L’étoile filante. Offerte à mon papa qui vous en a parlé ici, je me suis moi-même lancée dans cette lecture prometteuse partant néanmoins avec beaucoup moins de connaissances que mon papa, amateur de photo depuis longtemps.

Lire la suite