De la terre dans la bouche d’Estelle Tharreau

Je me suis plongée dans le dernier livre d’Estelle Tharreau avec beaucoup de curiosité et plaisir, gardant d’elle un bon souvenir de la lecture de son précédent ouvrage. Et je n’ai pas été déçue par De la terre dans la bouche dont je vais vous parler. Merci à la maison d’édition Taurnada pour sa confiance renouvelée !

Elsa hérite de sa grand-mère une petite cabane perdue près du village de Mont-Eloi. Elle va rapidement se rendre compte quelle n’est pas vraiment la bienvenue. Il semblerait que sa grand-mère a été mêlée à une sombre histoire qui s’est déroulée pendant la seconde guerre mondiale.

Nous plongeons quelques années en arrière, à une époque où les téléphones portables n’existaient pas. Cela confère à l’histoire une ambiance particulière. L’autrice prend soin d’être cohérente avec l’époque qu’elle choisit : vêtements, coiffure, voiture… Ces détails donnent à l’histoire une vraisemblance qui nous immerge pleinement dans l’histoire.

Une intrigue qui mêle une histoire familiale à un pan peu glorieux de la grande Histoire, à savoir la deuxième guerre mondiale. De rebondissements en rebondissements, Estelle Tharreau nous tient en haleine pour mieux nous surprendre à chaque fois. Tout au long de l’histoire nous sommes ballottés par les révélations et découvertes que fait Elsa.

Au cœur de l’histoire, évidemment, de l’amour, de l’amitié mais aussi de la rancune et un peu de jalousie. Sans parler de l’incroyable difficulté que recèle cette trouble période quant à la confiance accordée aux uns et aux autres. Malgré les années écoulées, il est encore question de cette confiance. Faut-il croire ce qui est dit, raconté ? Ou suivre les pistes qui remettent en cause le scénario parfaitement huilé, au risque bien sûr, de causer d’irréparables dégâts.

C’est un sujet délicat que la vie pendant la seconde guerre mondiale et les choix faits par chacun. Il est si difficile de savoir à quel jeu jouait untel ou untel. Car au final, entre les collaborateurs véritablement adhérents à l’idéologie nazie et ceux qui ont fait mine pour mieux endormir l’ennemi et en profiter pour œuvrer à son encontre dans son dos, nous savons qu’il fut difficile de les distinguer dans le chaos post guerrier. De même, l’injustice de cette période tend à accuser à torts (et parfois à travers) des personnes qui, en ne sauvant pas la personne que vous vouliez, ne trouvent pas grâce à vos yeux, alors même que des innocents ont été sauvés par ailleurs. C’est difficile tant pour celui ou celle qui subit le choix effectué que pour le décideur.

Tout cela est brossé au fil de l’histoire. Un récit qui m’a bien entraîné, qui se lit très facilement, Estelle Tharreau a une plume aisée à lire.

En somme, un moment de lecture sympathique que je vous conseille chaleureusement.

Bonne lecture,

Maêlle

Publicités

2 réflexions sur “De la terre dans la bouche d’Estelle Tharreau

    • Maêlle 13 mai 2018 / 22 h 21 min

      Merci d’être venue jusque là, ce fut un plaisir de vous lire 😊

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s