Les petites fées de New-York de Martin Millar

   Le résumé m’avait bien emballé, la couverture était mignonne et puis… Ça parlait de fées ! Les petites fées de New-York de Martin Millar semblait réunir des arguments de poids pour en faire un bon moment de lecture. D’ailleurs Vert, Valériane et AcrÖ s’accordent à dire que c’est un très bon livre… A côté duquel je suis sans doute passée. En effet, l’histoire rocambolesque ne m’a arraché que quelques sourires alors qu’il semblerait que l’humour soit le cœur de cet ouvrage. Chronique d’une lectrice difficile en humour…

Lire la suite

Publicités

De la terre dans la bouche d’Estelle Tharreau

Je me suis plongée dans le dernier livre d’Estelle Tharreau avec beaucoup de curiosité et plaisir, gardant d’elle un bon souvenir de la lecture de son précédent ouvrage. Et je n’ai pas été déçue par De la terre dans la bouche dont je vais vous parler. Merci à la maison d’édition Taurnada pour sa confiance renouvelée !

Elsa hérite de sa grand-mère une petite cabane perdue près du village de Mont-Eloi. Elle va rapidement se rendre compte quelle n’est pas vraiment la bienvenue. Il semblerait que sa grand-mère a été mêlée à une sombre histoire qui s’est déroulée pendant la seconde guerre mondiale.

Lire la suite

Pas parler de Lydie Salvayre

   Prix Goncourt 2014, Pas parler de Lydie Salvayre m’a surtout attiré pour la magnifique couverture en édition limitée de chez Points. Des poches soignés et mis en valeur, je trouve l’initiative vraiment sympa ! Bien sûr, le résumé m’a intrigué d’autant que le livre place son histoire durant une partie de l’histoire espagnole difficile, à savoir la guerre civile de 1936 dont découlera l’arrivée au pouvoir de Franco avec la dictature qui suivit. Je pense que cet épisode historique tend à être minimisé ou occulté par la montée du nazisme et du fascisme en Europe. En 1936, Hitler était déjà chancelier allemand, Mussolini est le Duce en Italie et les deux pays se rapprochent dangeureusement. A sa façon l’Espagne n’échappe pas à l’instabilité politique qui s’installe sur le vieux continent. Et tout cela, nous le découvrons à travers Montse, la mère de la narratrice et autrice, et à travers un écrivain espagnol Bernanos auteur Les grands cimetières sous la lune. Deux témoins d’une époque bouleversante où la noirceur humaine va se révèler.

Lire la suite

Faux-semblance de Olivier Paquet

   J’ai craqué sur ce recueil de nouvelles lors de ma petite virée aux Utopiales. Je trouve la couverture magnifique quoique le dessin ait un côté désolé. Elle illustre néanmoins très bien la thématique de ce recueil qui tend à vouloir parler de moments charniers lors de catastrophes. Quatre nouvelles qui tracent d’une belle plume des moments parfois difficiles. Je vais tâcher de vous parler de chacune d’elles mais je peux d’ores et déjà vous dire qu’elles ont un point commun : l’écriture d’Olivier Paquet qui est poétique, belle et agréable à lire.

Lire la suite

La funeste nuit d’Ernest de Sébastien Perez & Benjamin Lacombe

Maêlle s’est installée dans son fauteuil face à la cheminée dans laquelle un bon feu brûle et lui réchauffe les pieds, pour vous écrire…

   C’est une lecture improvisée, de celle que vous avez grâce à votre médiathèque. Je farfouillais pour trouver Généalogie d’une sorcière de Benjamin Lacombe, sur lequel je ne parvenais pas à mettre la main. Néanmoins, durant ma recherche, je suis tombée sur La funeste nuit d’Ernest du même dessinateur avec pour acolyte Sébastien Perez. Faute de temps, je n’ai pas poursuivi mes recherches sur la sorcière et ai embarqué cet album pour enfant dont la couverture m’avait tant attiré. Je n’ai pas été déçue de cette courte – mais magnifique – lecture.

Lire la suite

Les couleurs de l’acier de K.J. Parker

   Si je devais retenir un mot pour qualifier cette lecture, ce serait « laborieuse »… Vous allez me dire que je n’ai pas la main chanceuse en ce moment et je vais finir par le croire !! En vérité, ce roman lu en format e-book sur ma Kobo présente un énorme défaut : sa mise en page. J’ai pesté, râlé, soupiré face à ce qui fut une expérience de lecture catastrophique. Pourtant, je l’ai acquis auprès de la Fnac lors de la « grosse opération » Bragelonne (qui a d’ailleurs lieu en ce moment même !) Qu’est-ce qui fut si pénible ? L’absence de marquage de transition. Je m’explique.

   Vous avez là un roman à la troisième personne dans lequel l’auteur opte pour une narration depuis plusieurs points de vue issus de personnages différents. Et bien, les paragraphes s’enchaînent sans aucun espace vous avertissant d’un potentiel changement. C’est un peu perturbant et surtout cela vous amène à un exercice assez pénible qui consiste à commencer la lecture d’un paragraphe et vous rendre compte au bout de quelques lignes que vous n’avez pas le bon personnage en tête. Vous reprenez donc la lecture de ce même paragraphe en vous remettant en place les idées. Cela rend indéniablement la lecture très laborieuse et a très certainement impacté mon plaisir de lecture. Ce qui est dommage car cela dessert une histoire au demeurant plutôt sympa et dont je vais tâcher de vous parler.

Résultat de recherche d'images pour "les couleurs de l'acier"

Lire la suite

Capa – L’étoile filante de Florent Silloray

   Couleur sépia comme un vieil album photo, quoi de plus judicieux pour évoquer Robert Capa, éminent photographe dont Florent Silloray retrace la vie à travers une bande-dessinée de qualité intitulée Capa – L’étoile filante. Offerte à mon papa qui vous en a parlé ici, je me suis moi-même lancée dans cette lecture prometteuse partant néanmoins avec beaucoup moins de connaissances que mon papa, amateur de photo depuis longtemps.

Lire la suite

Angel Wings de Yann & Hugault

   Yann & Hugault récidivent avec leur recette avions et pin-up pour nous livrer la trilogie Angel Wings. J’ai fait ma maligne sur Instagram en expliquant qu’un vendeur de ma librairie favorite était parvenu à me dégoter le coffret avec le tome 3 alors qu’il commençait à ne plus se trouver. Je suis particulièrement fière de mon achat qui trône sur mon étagère bibliothèque (trop petite…) Mais ce dont je ne me suis pas vantée à l’époque c’est que le tome 2 (que j’aurais pu avoir dédicacer par Romain Hugault au FIBD 2016 mais – allez savoir pourquoi – ma mémoire m’a joué des tours et j’ai répondu que c’était inutile, je l’avais déjà… 3615mylife) était manquant. Je n’ai toutefois pas eu à attendre bien longtemps. Noël m’a permis de le trouver au pied du sapin. Imaginez ma joie de les voir tous les trois réunis. C’est alors que je fis ce qui s’imposait : canapé, plaid et lecture. Et maintenant ce qui s’impose c’est que je vous en parle !!

Lire la suite

Petit pays de Gaël Faye

   J’ai pris une claque littéraire. J’ai lu Petit pays de Gaël Faye.

   Ce livre m’a charmé l’année dernière lors de sa sortie. Je l’ai remporté grâce à Sophie et son calendrier de l’Avent et je ne peux que m’en féliciter (et la remercier chaleureusement encore une fois !). Si vous voulez savoir de quoi il retourne, laissez-moi vous parler de ce voyage littéraire incroyable que j’ai fait.

Afficher l'image d'origine

Lire la suite

Histoire d’Irène – Erri de Luca

   C’est un prénom de femme qui apparaît dans le titre du dernier ouvrage de l’écrivain Erri de Luca, pour autant c’est bien de lui qu’il parle. L’homme sans femme ni enfants, évoque son pays, la mer, Naples, sa vie, son enfance, la mort, le tout d’une plume aussi légère que la vague qui vient doucement recouvrir le sable. Se plonger dans un livre d’Erri de Luca revient pour moi à m’envelopper d’un doux manteau de poésie propice à réchauffer jusqu’à l’âme. Qu’il écrive une nouvelle ou un roman, jamais il se départit de cette poésie omniprésente dans toutes ses phrases. Il érige la métaphore en style d’écriture, évoque pour nous des images. Grâce à sa façon d’écrire, il va au-delà des descriptions. Erri de Luca use des mots pour saturer vos sens de ce qu’il veut vous faire rencontrer. Histoire d’Irène n’y échappe pas. Cet ouvrage est en réalité un recueil de trois histoires très inégales : Histoire d’Irène qui donne son nom au livre est de loin la plus dense avec ses 71 pages, elle est suivie de Le ciel dans une étable (18 pages) et l’ouvrage se termine par Une chose très stupide (12 pages). Chacune à leur façon recèle un charme certain dont je vais tâcher de vous parler sans le rompre…

Irène

Lire la suite