Trilogie L’héritière des Raeven de Méropée Malo

   Maêlle est allongée sur son canapé, fenêtre ouverte pour entendre les bruits du soir, un jus de citrouille dans la main et un livre dans l’autre. Malgré les températures clémentes de la journée, un plaid orné d’un géant « Hogwarts » repose sur ses jambes. Du bout de l’orteil elle valide l’envoi de son article à ses co-challenger. Ceci fait, elle glissa à nouveau son pied sous la chaleur du plaid et reprit sa lecture.

   Il y a bien longtemps que je n’avais pas été happée par une trilogie jeunesse au point d’avoir bien du mal à lâcher mon livre à la fin de la journée, quand il est temps de dormir ou le matin quand il est temps de se mettre au travail ! J’ai découvert le titre grâce aux vénérables du blog Book en Stock. Si un jour, votre pile à lire est en souffrance, – comprenez par là qu’elle a tant diminué que vous n’y trouvez pas/plus ce que vous avez envie de lire -, je vous invite à aller faire un tour chez elles. Vous trouverez ce qu’il vous faut !

   J’avais lu leurs critiques du tome 1 (et uniquement de celui-ci pour m’éviter tout spoil) et j’avais retenu une appréciation globalement positive. Là-dessus j’avais suivi de loin le mois2 durant lequel elles ont reçu l’autrice de cette trilogie, Méropée Malo. Tout ça pour dire que j’avais bien le titre en tête quand Bragelonne a fait sa grosse op’. Donc j’ai sauté sur l’occasion d’acquérir le tome 1 quand il est apparu parmi les titres disponibles durant la grosse op’. Autant vous le dire tout de suite, j’ai depuis acquis les deux suivants.

   Je vais donc parler de la trilogie dans son ensemble, dont la thématique ensorcelée se cale parfaitement bien avec le challenge Halloween de Lou & Hilde.

Lire la suite

Publicités

Les couleurs de l’acier de K.J. Parker

   Si je devais retenir un mot pour qualifier cette lecture, ce serait « laborieuse »… Vous allez me dire que je n’ai pas la main chanceuse en ce moment et je vais finir par le croire !! En vérité, ce roman lu en format e-book sur ma Kobo présente un énorme défaut : sa mise en page. J’ai pesté, râlé, soupiré face à ce qui fut une expérience de lecture catastrophique. Pourtant, je l’ai acquis auprès de la Fnac lors de la « grosse opération » Bragelonne (qui a d’ailleurs lieu en ce moment même !) Qu’est-ce qui fut si pénible ? L’absence de marquage de transition. Je m’explique.

   Vous avez là un roman à la troisième personne dans lequel l’auteur opte pour une narration depuis plusieurs points de vue issus de personnages différents. Et bien, les paragraphes s’enchaînent sans aucun espace vous avertissant d’un potentiel changement. C’est un peu perturbant et surtout cela vous amène à un exercice assez pénible qui consiste à commencer la lecture d’un paragraphe et vous rendre compte au bout de quelques lignes que vous n’avez pas le bon personnage en tête. Vous reprenez donc la lecture de ce même paragraphe en vous remettant en place les idées. Cela rend indéniablement la lecture très laborieuse et a très certainement impacté mon plaisir de lecture. Ce qui est dommage car cela dessert une histoire au demeurant plutôt sympa et dont je vais tâcher de vous parler.

Résultat de recherche d'images pour "les couleurs de l'acier"

Lire la suite

Fall & Discordia de Florent Marotta

   Fall & Discordia sont deux nouvelles issues ou à l’origine de Yzé et le palimpseste dont je vous ai déjà parlé. Je ne sais pas dans quel ordre l’esprit prolifique de Florent Marotta a imaginé ces deux histoires qui sont étroitement liées au roman. Je vous ai parlé de ce dernier qui fut une belle découverte grâce aux éditions Taurnada. J’ai laissé courir quelques mois avant de me plonger dans ces deux courtes histoires, une façon de prolonger l’univers du roman et de patienter jusqu’au tome 2 de l’histoire principale.

Lire la suite

Fées dans la ville – Recueil de nouvelles

   Je me suis laissée tenter par un petit recueil de nouvelles édité chez ActuSF prêté par Lintje. Une anthologie dirigée par Anne Fakhouri dont le nom ne m’était pas inconnu. Le titre du recueil ne pouvait que m’inspirer « Fées dans la ville » qui m’a tout de suite fait penser à la chanson de Zaz contant sa rencontre avec une fée.

   J’imaginais des fées dissimulées à nos yeux dans des objets du quotidien, à la périphérie de notre conscience. Bon, pour le coup, mon idée a été quelque peu douchée puisque j’ai eu du mal à trouver les fées dans le panel de nouvelles proposées !! Cela n’enlève rien à la qualité des écrits du recueil ni à l’intérêt qu’ils peuvent susciter. J’ai seulement eu du mal à faire le rapprochement entre le titre et le contenu. Un détail vous allez me dire. C’est pas faux. On peut en faire abstraction. 165 pages pour 8 nouvelles.

 fées

Lire la suite

Ysabel de Guy Gavriel Kay

   Dans la douceur d’une fin de journée de printemps, en Provence, là où les cigales chantent quand le beau temps devient chaleur, GGK nous emmène à la rencontre de l’Histoire. La nôtre, celle du monde, celle qui est passée, celle à venir. Laissez vous envahir par la force qui émane des ruines autour de la ville d’Aix en Provence. Une fois que vous avez vu ce bout de France à travers les yeux de l’auteur, tout change. Ca donne envie d’aller là bas et de se laisser porter par la richesse de ce pays qu’est le mien.

=> Ned accompagne son père, célèbre photographe, en Provence où celui-ci vient réaliser des clichés pour illustrer une histoire de cette région. Il ne peut rester seul au Canada, sa mère est partie en mission humanitaire. Le voilà donc à découvrir Aix en Provence aux côtés de son père mais aussi de ses assistants. Et surtout de son assistante, Mélanie, qui tente d’avoir toujours une pensée pour lui, ce qui a le don de l’exaspérer. Classique quand on est ado et qu’on a toujours quelqu’un sur le dos. Mais son quotidien va se trouver bouleverser quand il va rencontre Kate, une américaine qui fait ses études en France, et un homme inconnu dans une chapelle. Et puis Mélanie va disparaître… Autant d’événements qui vont propulser Ned dans une histoire vieille de plusieurs millénaires où il n’est pas sur d’avoir sa place.
Lire la suite

Elantris – Brandon Sanderson

   Cité des Dieux, magnifique, étincelante, majestueuse, impressionnante, Elantris rayonnait à travers le monde. Protectrice de Kaë jusqu’à ce que le Réod s’abatte sur l’Arélon, terre bénie des Dieux où la Cité a été érigée. Fin d’une époque, fin des Dieux, fin d’Elantris. Dix ans après la chute d’Elantris, Kaë est devenue la plus grande ville de l’Arélon. Les murs qui ceignaient la Cité des dieux sont toujours debout. Un grand portail y est fiché qui ne s’ouvre que pour jeter les nouveaux élantriens dans la ville abandonnée. Nul n’en sort plus. Le Shaod emporte tout le monde sans distinction. Fini la vie ordinaire, vous devenez non plus un dieu comme auparavant mais un damné. Votre peau se couvre de tâches noires, vous perdez vos cheveux, votre cœur a cessé de battre. Vous êtes morts mais parfaitement conscient. Une âme enfermé dans un corps qui dépérit. Les murs étincelants de la ville ont laissé place à la crasse permanente. Vous ressentez une faim atroce sans avoir besoin de manger. Vous venez d’entrer dans Elantris, votre panier d’offrandes sous le bras. Vous ignorez comment tout cela va finir. Mais le pire vient de vous arriver.

   Bienvenue dans le monde de Brandon Sanderson, auteur du livre Elantris que je viens de terminer. Un monde riche et un roman de fantasy ambitieux qui place cet auteur que je ne connaissais pas dans la catégorie de ceux « à suivre » pour la qualité de son roman.

Lire la suite

La Lune Noire d’Anaïs Cros

   La suite tant attendue des « Lunes de Sang » d’Anaïs Cros a été un véritable régal littéraire loin de mes dernières déceptions ! J’ai tout simplement autant aimé cette suite, intitulée « La lune noire », que le premier tome et je l’ai terminée en me demandant « A quand la suite ? ». Fan de fantasy appréciant également le polar je suis totalement comblée par l’histoire mise en place par l’auteur. Loin de s’embourber dans une copie simple de notre Sherlock Holmes, Anaïs Cros parvient avec brio à donner à Listak un style bien à lui (ainsi que pour Evrahl). Indépendant de son modèle qui l’a inspiré, Listak devient un héros à part entière auquel on s’attache pour ce qu’il est et non pour ce à quoi il ressemble. Exercice difficile mais parfaitement réussi par l’auteur.

Lire la suite